sexe fanfiction prison sexuelle

Sexe pute idee sexe

Bill se figea légèrement alors qu'un groupe de prisonniers se mettaient à l'entourer, comme s'ils se comportaient comme des hyènes. Un chat t'a mangé la langue? Mickey là bas, est ici à cause de l'argent aussi. Il a braqué une banque et tué une caissière. Tu n'dois pas avoir plus de vingt ans avec le visage de bébé que tu as. Hey, Shank n'est pas de Killeen aussi?

Il était plus grand que le reste des prisonniers du groupe, mais aussi le plus maigre, ses longs cheveux blonds entortillés en dreadlocks. Peut-être que vous êtes cousins, ou un truc du genre?

Bill crut d'abord qu'il pleurait, jusqu'à ce que Shank éclate d'un rire bruyant. Le genre de rire qui faisait penser à celui d'un tueur en série, ou quelque chose d'aussi effrayant que ça. Il pensa sombrement que maintenant il était en prison et que, oui, ce type pouvait très bien être un tueur en série. Quelque chose dans le regard fixe de l'homme fit courir un long frisson contre la peau de Bill, et il essaya de déglutir tout en évitant de poser les yeux sur l'anneau argenté ornant la lèvre de Shank.

Le groupe se rapprocha de lui, et l'adolescent comprit vite la hiérarchie mise en place, Shank était leur chef. Shank garda son regard fixé sur Bill, ce dernier frissonnant à nouveau avant qu'il ne sourit faiblement, Shank se tenant devant lui. Il sentit immédiatement son corps commencer à presque se liquéfier, alors que sa vision se brouillait. Bill paniqua, saisissant la table pour s'y appuyer mais Shank l'attrapa facilement pour le prendre entre ses bras musclés, qui étreignirent le corps fin de Bill.

La règle numéro un en prison, est de ne jamais boire quelque chose dont tu ne connais pas exactement le contenu. Mh, putain cette salope est si étroite.

Y'a eu seulement cinq mecs pour l'instant, les autres attendent. Putain, il est aussi serré qu'une petite vierge. Putain il est tellement étroit après cinq types. Son corps était tout engourdi et il se sentait étrange, des bruits faibles atteignaient ses oreilles: Il sentit un poids lourd s'affaisser sur lui, et fronça les sourcils alors qu'il commençait à reprendre conscience de son corps. Il sentit soudainement une horrible douleur contre son anus, et se mit à sangloter en essayant de repousser l'intrusion.

Une autre vague de douleur s'est fait sentir entre ses jambes et il cria encore, essayant de se débattre avant que des mains calleuses coincent les siennes contre le lit. C'était un des prisonniers du groupe de tout à l'heure et vu la façon dont ce visage bougeait au dessus de lui, Bill supposa qu'il était probablement à l'intérieur de lui en ce moment même. Il essaya de se débattre à nouveau, mais cette fois ce fut quatre mains qui vinrent le maintenir.

Bill appela à l'aide, furieux, et souffrant alors que l'homme jouit à l'intérieur de lui dans un long grognement, le prochain se plaçant déjà entre les jambes de Bill après que l'autre se soit retiré.

Le viol collectif continua pour trois personnes encore, jusqu'à ce que Bill ne sente même plus son cul, ce dernier dégoulinant du sperme de neufs hommes. Il frissonna de dégout en sentant la semence couler hors de lui. Il restait paralysé de douleur et de crainte sur le lit, ses jambes encore écartées, comme une vulgaire putain.

Aucun détenu ne prenait la peine de faire attention à lui et de se soucier du fait que Bill ne pourrait probablement pas marcher pendant plusieurs jours. Le groupe entier se tût et Bill n'eut pas besoin de tourner la tête pour reconnaitre la voix de Shank. Pourquoi seulement toi et Mickey? Y'a eut des sélections la fois passée aussi! Shank, tu fous quoi? Alors fermez là, asseyez vous et ne baisez pas la prochaine fois! Haletant, il tira sur la couverture en laine rugueuse pour se couvrir mais la vue du sang et du sperme recouvrant ses jambes lui retourna l'estomac.

Le bruit de pas humides sur le plancher atteint les oreilles de Bill et il se retourna sur le lit, se pressant contre le mur, inquiet alors que la porte faite de barreaux s'ouvrait. Shank se tenait devant, son corps encore humide de sa douche seulement enveloppé à la taille par une serviette.

Bill pu voir une goutte rouler le long de ses abdos pour disparaitre contre son aine, sous sa serviette, et il se concentra à nouveau vite sur le sourire amusé de Shank. L'homme possédait un corps mince, mais musclé et bronzé probablement par des heures de travail sous le soleil du Texas.

Ses bras semblaient forts et Bill réalisa que s'il souhaitait le maitriser, il n'aurait aucun problème pour le faire. Shank sourit simplement pendant qu'il allait tranquillement jusqu'au petit évier dans un coin de leur cellule, jetant la serviette dedans. Bill lui, grimaça, mordillant sa lèvre pour se retenir de pleurer. Bill essaya de se déplacer le plus loin possible de lui et une violente douleur émanant de son cul le fit presque arracher les draps de ses ongles.

Bill trembla sous son contact et l'homme rit encore doucement, saisissant les genoux de Bill. Il fut rapidement retourné sur le dos et Bill cria, appréhendant déjà douloureusement la prochaine intrusion. Il ne s'était jamais senti aussi humilié de toute sa vie et ses jambes tremblaient violemment alors que l'homme jouait avec son trou du cul. Il tendit son cou pour voir ce que c'était et sanglota en se rendant compte que Shank était dur, et qu'il se pressait contre son intimité.

Il sentit finalement le bout de son doigt s'enfoncer en lui et Bill cria de douleur, commençant immédiatement à pleurer de nouveau. Enlève-le s'il te plait! Les hommes dans les cellules autour d'eux commencèrent à crier, encourageant Shank à continuer alors que Bill commençait à pleurer encore plus, souhaitant ne jamais être né.

Tu pense que cette fois là était horrible? Imagine-toi sous une centaine d'hommes affamés de cul attendant de baiser le gentil petit garçon blanc au cul si étroit.

Tu n'as pas à être la pute de toute la prison si tu ne le veux pas. Si tu l'es, je serai seulement ton homme et personne ne posera la main sur ton petit cul Mais à une condition. Tu me laisses te baiser quand je veux, comme je veux, et partout où je veux.

Et si tu me désobéis j'te jetterai à ces chiens. Severus se tourna pour lui faire face et ses yeux s'écarquillèrent quand ils tombèrent sur son érection. Ce sorcier était gigantesque. Pas étonnant qu'elle ait la sensation d'avoir été prise par un sacrément gros gourdin. Son ventre était plat, ses côtes apparentes et son torse bien tracé, sans être massif.

Ses bras étaient nerveux et tendineux. Chaque jointure, des genoux aux épaules, était acérée. C'était un homme bien fait. Ses robes sévères en cachaient beaucoup. Severus savait parfaitement qu'elle examinait son corps.

D'après le regard qu'il lui vit, elle approuvait. Il lui fit un petit sourire satisfait. Hermione se précipita au bord du lit dès qu'elle vit le sandwich. Elle avait la sensation de ne pas avoir mangé depuis des jours. C'est une condition sine qua none pour servir le Lord Noir. Donc, il ne dormait pas bien. Elle n'en doutait pas… Il avait réellement une conscience, et les choses qu'il avait été contraint à faire sous le joug de Voldemort le hantaient probablement.

Elle déglutit, puis débouchonna sa bouteille pour la boire cul-sec. Il y avait quelque chose dans son regard qui la dérangeait et l'excitait tout à la fois.

Hermione sentit une petite et immédiate chaleur à la pensée du blond l'attachant et la baisant. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Le Maître des Potions allait penser qu'elle était un genre de monstre tordu. Quand il était avec vous, la lumière n'a pas faibli une seule fois.

Lucius domine les femmes. J'imagine qu'il vous a dominée… Et au vu de la puissance de l'indicateur, vous avez apprécié ce qu'il vous a fait. Si cela n'avait pas été le cas, il aurait faibli comme pour Rusard.

Severus se renfrogna et se leva, rejoignant la chaise sur laquelle ses vêtements retirés par Divesto s'étaient retrouvés. Il prit son pantalon pour en retirer la ceinture. Hermione s'immobilisa, le sandwich oscillant devant sa bouche alors qu'elle fixait la ceinture dans la main pâle du sorcier.

Elle sentit un flux de fluide rouler hors d'elle et rejoindre le lit. Severus ne perdit rien de sa réaction. Quand Lucius lui avait envoyé cette ceinture en cadeau, c'était un rappel de leur moment passé ensemble. Il avait dû l'utiliser, celle-là ou une semblable, sur elle. Alors que la jeune femme l'observait, le Maître des Potions rejoignit sa baguette délaissée, la saisit et leva la ceinture, laissant la boucle pendre.

Il murmura un sort et avec le bout de sa baguette, brûla des trous supplémentaires sur la lanière, commençant à la boucle pour rejoindre les trous préexistants. Elle posa le reste de sandwich, l'appétit coupé.

L'idée de vous attacher pour vous prendre me plait. Je pense que vous aimez ce genre de traitement, Hermione. Je pense que vous aimez être sous le contrôle de votre amant, jusqu'à un certain point. Je pense que vous en avez besoin, parce que vous avez dû être un leader, à devoir toujours prendre des décisions, à devoir toujours faire des découvertes, qui ont chaque fois été l'objet d'éloges, méritées ou pas.

Vous avez des besoins et désirs secrets, de très pervers besoins et désirs secrets. Qui peut vous donner ce dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Severus fit claquer bruyamment la lanière dans sa paume, et Hermione sursauta. Il eut un petit sourire satisfait et sombre. Je me demande pourquoi. Elle ne répondit pas. Severus apprécia son silence. Cela plaisait à sa plus sombre nature. Est-ce ce pourquoi le cuir contre la chair vous excite? Je vous ai soigneusement récurvitée quand vous étiez endormie, et à présent… A présent, je peux sentir ton excitation.

Il l'ajusta pour que la boucle soit devant elle puis doucement vers la gauche pour qu'elle ne puisse pas entraver ses mouvements. Sa main gauche agrippa la lanière près de sa gorge et la droite tenait mollement le reste de longueur. Severus s'approcha et tira doucement sur la ceinture de sa main gauche, poussant la tête d'Hermione en avant et avançant ses hanches. La tête de son membre se balança à quelques centimètres devant ses lèvres. Hermione respirait rapidement, ses seins s'élevant et retombant sous son excitation.

Severus pressa son membre engorgé contre ses lèvres, s'avançant doucement et sans forcer dans sa bouche. Severus faillit siffler devant la gravure érotique qu'elle lui offrait… Ses yeux d'ambre étincelaient et son membre était pressé contre ses lèvres.

La bouche de sa sorcière était tendue autour de son épaisseur. Dieu, il était presque trop excitant de la regarder. Il frappa doucement son épaule avec la ceinture, juste assez pour pincer légèrement, puis la tira un peu en avant, se glissant plus profondément entre ses lèvres. Montrez-moi à quel point vous êtes talentueuse.

Il remua la ceinture et s'enfonça pour qu'elle commence, mais elle n'avait pas besoin du moindre signe de départ. Elle était prête à lui rendre la pareille. Severus lui avait offert la meilleure partie de jambes en l'air qu'elle ait jamais vécue. Elle était prête à lever un culte et un temple à son sexe, et lui montrer que le plaisir donné n'allait pas être à sens unique dans cette relation. Et, Merlin, il utilisait aussi des ceintures.

Ca méritait déjà une fellation en soi. Hermione fit tourner sa langue sur le bout de son sexe, puis en lécha la fente, y tortillant sa langue. Severus laissa échapper un petit cri et se recula en haletant. Aucune femme ne lui avait jamais fait ça auparavant.

C'était comme une petite pénétration. Elle lui fit un petit sourire satisfait, savant qu'elle l'avait surprise. Hermione aurait pu rire si ça bouche n'avait pas été si bien remplie de sorcier brûlant et dur, et elle se remit rapidement à la tâche, suçant avidement le sorcier, faisant grogner Severus sous son ardeur.

Elle relâcha son membre et commença à embrasser et lécher sa longueur, y amenant ses petites mains pour caresser son érection, Severus se tortillant un peu alors qu'elle rejoignait, plus bas, ses testicules pour les sucer l'une après l'autre dans sa bouche, jouant avec avec sa langue, les titillant de ses dents, ce qui était à la fois excitant et terrifiant pour lui, tandis qu'il faisait de son mieux pour rester immobile afin qu'il n'y ait pas d'accident.

Il laissa échapper un soupir modulé quand elle retourna à son membre, le nettoyant de sa langue jusqu'à ce qu'il soit brillant de salive, puis en engouffrant sa tête à nouveau, utilisant ses mains pour y apporter plus de stimulation, le tenant fermement.

Severus eut l'impression qu'elle le baisait avec sa bouche et ses mains, et il relâcha la ceinture pour attraper sa tête et s'y soutenir, craignant de s'effondrer alors qu'elle utilisait tout son talent pour lui faire entrevoir le paradis que lui-même lui avait précédemment offert. Elle se sentit assez victorieuse alors qu'il commençait à trembler incontrôlablement, ses mains, s'agrippant à sa tête sous le plaisir alors qu'il atteignait l'orgasme.

Dès que son orgasme fut conclu, il attira Hermione à lui et l'embrassa profondément, s'écroulant sur le lit avec elle. Hermione déposa un doigt sur ses lèvres avant qu'il ne complète involontairement un Serment Inviolable dans sa passion.

Il était déjà sur le point de se battre contre Marcus. Elle ne voulait pas qu'il se mette à tuer tout homme célibataire la percutant parce qu'il était sous Serment. Ses yeux sombres cherchèrent son visage presque sauvagement, puis il se calma. Bordel, mais qu'est-ce qu'elle lui faisait?

Il n'avait jamais fait de telles déclarations au sujet d'une femme. Il l'attira dans ses bras. La domination du Maître des Potions correspondait bien plus aux besoins de sa sorcière que tout ce que Lucius Malfoy pouvait offrir. Severus n'avait pas besoin que l'on s'adresse à lui avec un titre, ni de la forcer à être silencieuse et soumise.

Il ne voulait pas qu'Hermione soit soumise. Quel intérêt y avait-il à dominer une femme brisée, sans esprit? Le sorcier préférait du feu et des défis. Il voulait savoir que lorsqu'Hermione se soumettait à lui, c'était parce que ses propres envies pour sa passion et sa force à lui la poussaient à se libérer de sa prison de contrôle personnelle. Severus chercha son visage pour essayer de voir si elle ne faisait que le rassurer.




sexe fanfiction prison sexuelle

Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Le Maître des Potions allait penser qu'elle était un genre de monstre tordu. Quand il était avec vous, la lumière n'a pas faibli une seule fois. Lucius domine les femmes. J'imagine qu'il vous a dominée… Et au vu de la puissance de l'indicateur, vous avez apprécié ce qu'il vous a fait. Si cela n'avait pas été le cas, il aurait faibli comme pour Rusard.

Severus se renfrogna et se leva, rejoignant la chaise sur laquelle ses vêtements retirés par Divesto s'étaient retrouvés. Il prit son pantalon pour en retirer la ceinture. Hermione s'immobilisa, le sandwich oscillant devant sa bouche alors qu'elle fixait la ceinture dans la main pâle du sorcier.

Elle sentit un flux de fluide rouler hors d'elle et rejoindre le lit. Severus ne perdit rien de sa réaction. Quand Lucius lui avait envoyé cette ceinture en cadeau, c'était un rappel de leur moment passé ensemble. Il avait dû l'utiliser, celle-là ou une semblable, sur elle.

Alors que la jeune femme l'observait, le Maître des Potions rejoignit sa baguette délaissée, la saisit et leva la ceinture, laissant la boucle pendre.

Il murmura un sort et avec le bout de sa baguette, brûla des trous supplémentaires sur la lanière, commençant à la boucle pour rejoindre les trous préexistants. Elle posa le reste de sandwich, l'appétit coupé.

L'idée de vous attacher pour vous prendre me plait. Je pense que vous aimez ce genre de traitement, Hermione. Je pense que vous aimez être sous le contrôle de votre amant, jusqu'à un certain point. Je pense que vous en avez besoin, parce que vous avez dû être un leader, à devoir toujours prendre des décisions, à devoir toujours faire des découvertes, qui ont chaque fois été l'objet d'éloges, méritées ou pas. Vous avez des besoins et désirs secrets, de très pervers besoins et désirs secrets.

Qui peut vous donner ce dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Severus fit claquer bruyamment la lanière dans sa paume, et Hermione sursauta.

Il eut un petit sourire satisfait et sombre. Je me demande pourquoi. Elle ne répondit pas. Severus apprécia son silence. Cela plaisait à sa plus sombre nature. Est-ce ce pourquoi le cuir contre la chair vous excite? Je vous ai soigneusement récurvitée quand vous étiez endormie, et à présent… A présent, je peux sentir ton excitation. Il l'ajusta pour que la boucle soit devant elle puis doucement vers la gauche pour qu'elle ne puisse pas entraver ses mouvements.

Sa main gauche agrippa la lanière près de sa gorge et la droite tenait mollement le reste de longueur. Severus s'approcha et tira doucement sur la ceinture de sa main gauche, poussant la tête d'Hermione en avant et avançant ses hanches. La tête de son membre se balança à quelques centimètres devant ses lèvres. Hermione respirait rapidement, ses seins s'élevant et retombant sous son excitation. Severus pressa son membre engorgé contre ses lèvres, s'avançant doucement et sans forcer dans sa bouche.

Severus faillit siffler devant la gravure érotique qu'elle lui offrait… Ses yeux d'ambre étincelaient et son membre était pressé contre ses lèvres. La bouche de sa sorcière était tendue autour de son épaisseur.

Dieu, il était presque trop excitant de la regarder. Il frappa doucement son épaule avec la ceinture, juste assez pour pincer légèrement, puis la tira un peu en avant, se glissant plus profondément entre ses lèvres. Montrez-moi à quel point vous êtes talentueuse. Il remua la ceinture et s'enfonça pour qu'elle commence, mais elle n'avait pas besoin du moindre signe de départ.

Elle était prête à lui rendre la pareille. Severus lui avait offert la meilleure partie de jambes en l'air qu'elle ait jamais vécue. Elle était prête à lever un culte et un temple à son sexe, et lui montrer que le plaisir donné n'allait pas être à sens unique dans cette relation. Et, Merlin, il utilisait aussi des ceintures. Ca méritait déjà une fellation en soi. Hermione fit tourner sa langue sur le bout de son sexe, puis en lécha la fente, y tortillant sa langue.

Severus laissa échapper un petit cri et se recula en haletant. Aucune femme ne lui avait jamais fait ça auparavant. C'était comme une petite pénétration. Elle lui fit un petit sourire satisfait, savant qu'elle l'avait surprise. Hermione aurait pu rire si ça bouche n'avait pas été si bien remplie de sorcier brûlant et dur, et elle se remit rapidement à la tâche, suçant avidement le sorcier, faisant grogner Severus sous son ardeur. Elle relâcha son membre et commença à embrasser et lécher sa longueur, y amenant ses petites mains pour caresser son érection, Severus se tortillant un peu alors qu'elle rejoignait, plus bas, ses testicules pour les sucer l'une après l'autre dans sa bouche, jouant avec avec sa langue, les titillant de ses dents, ce qui était à la fois excitant et terrifiant pour lui, tandis qu'il faisait de son mieux pour rester immobile afin qu'il n'y ait pas d'accident.

Il laissa échapper un soupir modulé quand elle retourna à son membre, le nettoyant de sa langue jusqu'à ce qu'il soit brillant de salive, puis en engouffrant sa tête à nouveau, utilisant ses mains pour y apporter plus de stimulation, le tenant fermement. Severus eut l'impression qu'elle le baisait avec sa bouche et ses mains, et il relâcha la ceinture pour attraper sa tête et s'y soutenir, craignant de s'effondrer alors qu'elle utilisait tout son talent pour lui faire entrevoir le paradis que lui-même lui avait précédemment offert.

Elle se sentit assez victorieuse alors qu'il commençait à trembler incontrôlablement, ses mains, s'agrippant à sa tête sous le plaisir alors qu'il atteignait l'orgasme. Dès que son orgasme fut conclu, il attira Hermione à lui et l'embrassa profondément, s'écroulant sur le lit avec elle.

Hermione déposa un doigt sur ses lèvres avant qu'il ne complète involontairement un Serment Inviolable dans sa passion. Il était déjà sur le point de se battre contre Marcus. Elle ne voulait pas qu'il se mette à tuer tout homme célibataire la percutant parce qu'il était sous Serment. Ses yeux sombres cherchèrent son visage presque sauvagement, puis il se calma. Bordel, mais qu'est-ce qu'elle lui faisait? Il n'avait jamais fait de telles déclarations au sujet d'une femme. Il l'attira dans ses bras.

La domination du Maître des Potions correspondait bien plus aux besoins de sa sorcière que tout ce que Lucius Malfoy pouvait offrir. Severus n'avait pas besoin que l'on s'adresse à lui avec un titre, ni de la forcer à être silencieuse et soumise. Il ne voulait pas qu'Hermione soit soumise.

Quel intérêt y avait-il à dominer une femme brisée, sans esprit? Le sorcier préférait du feu et des défis. Il voulait savoir que lorsqu'Hermione se soumettait à lui, c'était parce que ses propres envies pour sa passion et sa force à lui la poussaient à se libérer de sa prison de contrôle personnelle.

Severus chercha son visage pour essayer de voir si elle ne faisait que le rassurer. Mais ses yeux d'ambre étaient parfaitement sincères et pleins de passion pour lui. Il soupira et se laissa retomber, glissant un bras sous elle pour l'attirer contre lui. Il n'avait jamais apprécié ce type de rapprochement auparavant, mais la sentir, elle, tout contre lui, l'odeur de jasmin de ses cheveux emplissant l'air qui arrivait à ses narines, les courbes douces de son corps contre ses propres lignes longilignes.

Il ferma les yeux. Hermione était repliée contre Severus, ses yeux d'ambre étudiant son profil. Les sourcils aristocratiques, les longs cils noirs, le grand nez aquilin, et la bouche sensuelle.

Ses yeux glissèrent plus bas, sur son corps, se fixant sur son sexe débandé, mais toujours assez impressionnant. Comment avait-elle pu un jour penser qu'il était froid et insensible? Il était l'homme le plus passionné avec lequel elle ait jamais été liée. Elle réalisa que le sorcier était endormi. Elle espérait qu'il continuerait ainsi jusqu'au matin. Il devait combattre Marcus, et malgré sa déclaration de ne pas avoir besoin de beaucoup de sommeil, il avait tout de même besoin de ses forces… Et elle les avait drainées.

Elle serait partie si elle avait été certaine que cela ne lui aurait pas causé de désarroi, voire une réelle colère. Elle n'avait aucun besoin de le voir faire sauter sa porte. De plus, s'il perdait réellement… Ce serait sa dernière nuit avec lui.

Elle voulait savourer chaque instant. Elle regarda intensément le sorcier endormi et se blottit plus encore contre lui, et son bras se resserra par réflexe autour d'elle avant que sa bouche ne s'ouvre et qu'il commence à ronfler. Hermione sourit quand son grand nez ajouta quelques décibels au bruit.

Elle pinça soigneusement ses narines frémissantes et le son baissa légèrement. Nous fîmes la vaisselle toutes ensemble racontant notre première fois. Rosalie avec Emmet, c'était maladroit et gênant. Angela avec un mec de son lycée, c'était catastrophique, brusque et court.

Leah avec un quart arrière de l'équipe de football, un dieu grec au physique d'enfer, un coureur de jupon qui lui a fait vivre trois orgasmes pour sa première fois, ils y avaient passé la nuit. Alice raconta son expérience, dans une voiture avec un superbe Mr muscle aux yeux bleus qui l'avait fait avoir un orgasme avec un cunni et une pénétration rapide, douloureuse et courte qui occulta l'orgasme qu'il venait de lui donner avec sa langue.

Et finalement moi, avec Jasper et deux orgasmes, parce qu'il m'avait fait un cunni avant de me pénétrer. Il était 10h00 quand Alice nous emmena dans la salle de bain, chacune notre tour pour nous faire une épilation intégrale.

Rosalie cria tellement fort qu'elle ne fit que le bikini et Angela avait déjà réglé le tout la veille chez elle. Moi j'étais habituée à faire ce genre de fantaisie, donc je me fis une joie, ainsi que Leah, de pouvoir faire la totale.

Nous partîmes donc toutes les cinq pour le sex shop. L'amie d'Alice, Émilie, nous fit faire un tour rapide de la boutique et nous laissa pour faire nos choix. J'étais avec Rosalie à regarder les vibros. Il a été élu sex toy de l'année , le vibrateur We-Vibe c'est la stimulation simultanée du clitoris et du point G, une double stimulation ressentie par l'homme et la femme, c'est le cadeau qui a été fait aux stars lors de la remise des oscars en et le plus merveilleux, il est rechargeable. En couple, il permet ainsi aux deux partenaires d'augmenter leur plaisir, dans le vagin pendant la pénétration.

D'une souplesse absolue et muni de deux moteurs, il permet d'avoir l'une des deux extrémités contre le clitoris, tandis que l'autre est dans le vagin, entre votre point G et le pénis de votre partenaire. Moi je tenais ma boîte contre moi, convaincue depuis longtemps qu'il était fait pour moi. Il est fait pour être porté pendant les relations sexuelles, le We-Vibe est sans-fil, mains-libres et fait en demi-lune pour stimuler le point G et le clitoris à l'aide de vibration. Et finalement, pour monsieur sur le pénis, autour des testicules ou par voie anale pour stimuler la prostate, en faisant une caresse sur le pénis avec la main ou encore une fellation, termina-t-elle en nous souriant.

Ça été plus facile que je me l'imaginais finalement. Je continuai de faire le tour et je pris un paquet de "frech tickles", un tube de lubrifiant toujours utile et une huile de massage. Je me joignis à Angela qui écoutait religieusement les explications d'Émilie.

C'est vraiment le jouet érotique parfait pour avoir une jouissance simultanée. La texture est confortable, mais quand même assez solide. Elle hocha la tête et s'en empara. Émilie me sourit et je tendis la main pour en prendre un moi aussi, faisant écarquiller les yeux d'Angela devant le nombre de boîtes dans mes mains.

On se dirigea vers le fond de la boutique pour rejoindre les autres. Alice dirigeait les opérations pour l'achat de la lingerie. C'est Rosalie qui était en salle d'essayage, Leah avait déjà le sien dans les mains et attendait pour aller l'essayer.

Rosalie ouvrit la porte et elle était tout simplement magnifique. Elle avait un ensemble "baby-doll" avec un string rose pâle. Le haut ajusté sous les seins et le voilage qui descendait jusqu'à la taille, était ouvert au milieu, dévoilant son ventre qui pointait fièrement au centre du vêtement. Ses longs cheveux blonds tombaient en cascades sur ses épaules. Elle était hyper sexy. Nous étions toutes quatre muette devant elle.

Elle sourit et se regarda dans le miroir. Je voyais qu'elle était émue et elle glissa ses mains sur son ventre. Je m'approchai d'elle doucement et la serrai dans mes bras. Mon frère est amoureux fou de toi depuis toujours. Il va adorer, n'en doute pas. Mon portable vibra dans ma poche. Je me demandais qui ça pouvait bien être, il était juste 13h Les filles continuèrent leur parade afin de trouver pour chacune d'entre nous un ensemble de lingerie sexy. Alice avait un shorty et camisole en dentelle rouge, Angela avait choisi du blanc, brassière et culotte et jupette, Leah, avait opté pour un petit ensemble noir avec shorty et brassière en dentelle noire où il y avait plusieurs cordes sur la taille et où son ventre pointait fièrement, moins que Rosalie, mais tout aussi sexy, sinon plus, je dirais, du fait que Leah était beaucoup plus à l'aise avec son corps et surtout avec sa sexualité.

Ne restait plus que moi. Je pris un ensemble gris et noir, soit une guêpière sans bretelle gris avec un laçage noir et un string. J'achetai également des gants de satin longs noirs. La journée tirait à sa fin et on devait aller chercher les plats chez le traiteur.

Les hommes eux s'occupaient de prendre bière et vin et de faire les lits dans les chambres. En arrivant chez Rosalie, nous entendions Emmet et Jacob poser des questions sur les habitudes sexuelles des femmes enceintes.

Toutes les cinq, nous nous stoppâmes pour écouter la discussion. Mais moi, j'étais tétanisée. Je n'avais pas envie d'entendre Edward dire que Tanya était gourmande et qu'il était épuisé de l'avoir trop baisé lorsqu'elle était enceinte. Euh… désolé Jacob, je n'ai jamais couché avec Tanya alors qu'elle était enceinte. Par contre, sa chambre était à côté de la mienne chez mes parents et elle s'activait plusieurs fois par nuit avec son vibro… j'ai même du lui en acheter un nouveau tellement elle le faisait surchauffé… dit-il en les faisant éclater de rire.

Je ne comprenais pas pourquoi, il la baisait alors qu'il était en colère après elle, sourit-elle alors que je soufflais tout l'air que j'avais gardé dans mes poumons.

Je souris en les voyant débordant de tendresse avant de me diriger vers mon homme qui me tendait déjà les bras. Je me détachai d'Edward voulant moi aussi aller déposer mon sac et j'aurais même pris une douche. J'embrassai Emmet et Jacob m'attrapa par le bras.

Je descendis au sous-sol avec Leah où nous avions nos chambres. Angela et Alice prenaient celles à l'étage. Alice qui courrait presque partout avec Angela sur ses talons, arriva en trombe dans la salle de cinéma. On remonta pour dire aux mecs d'aller prendre une douche.

Nous avions du retenir Jacob pour ne pas qu'il aille faire une sieste avec Leah. Elle avait vraiment besoin de se reposer. Ce qui lui valu de prendre sa douche le dernier. Jasper, Edward et Ben étaient déjà douché et changé. Emmet était sous la douche et Jacob se dirigeait vers celle du sous-sol tout souriant puisqu'après il pourrait réveiller Leah.

Quand tout le monde fut prêt, nous nous installâmes dans le séjour pour prendre l'apéro. Leah et Rosalie avait une limonade grenadine. Alice était toujours aussi survoltée et elle comptait bien être le maître de cérémonie de la soirée.

Nous avions toutes revêtue notre lingerie sous nos vêtements. À partir de maintenant, nous n'avons plus de liens de parenté, plus de tabou, pas de jalousie et aucun jugement sur les pratiques sexuelles d'un d'entre nous. Toutes les discussions et les questions ou encore les trucs donnés, doivent être fait sans jugement et dans un seul but, accroître notre plaisir sexuel. Emmet ne pus que sourire à ce souvenir. Mon fantasme, je dirais faire une séance de sexe anal, dit Angela avec plus d'assurance que cet après-midi.

Le plus gros sexe que j'ai vu, c'est quand j'étais à la fac de design, un soir j'ai ramené un mec, un noir et je vous jure les filles, c'est vrai qu'ils ont des plus gros sexes que les blancs… Mon fantasme le plus secret… faire une séance de BDSM en jouant les deux rôles, soit la dominante et la soumise, Edward tu vas me prêter ta boîte magique? On était ivre tous les deux et elle gémissait à me rompre les tympans, finalement son père m'a sauvé, rigola-t-il. J'espérais juste qu'il ne me regarderait pas, révélant à l'assistance que c'était moi qui lui avait fait ça.

Je vis Edward sourire à la phrase de Jacob, comme s'il était heureux que Jacob ait été embarrassé. Au tour de Leah. T'as raison Alice, c'est juste effrayant… rigola-t-elle. Les plus gros seins, ceux de ma coloc à la fac et la meilleure baise, avec mes colocs, un gang bang, qu'on faisait une fois par mois pour s'amuser et prendre notre pied. Mais je crois que c'était plutôt l'ambiance qui a fait que c'était meilleur… à Santa Monica avec Edward et à Seattle avec Edward… on revenait de danser les deux fois, dis-je en souriant à mon amoureux.

Je n'avais pas le monopole des plus gros seins, mais les miens, au moins, ils se tenaient bien droit. Je me retournai vers Edward qui avait l'air fautif, je posai ma main sur son visage pour le faire regarder dans mes yeux.

Alice et Leah m'ont dit ce matin qu'elles n'étaient pas jalouses de moi face à leur petit ami, je n'ai pas pensé à ce que ça pourrait te faire. C'est toi que j'aime et il n'y a que toi maintenant. Jasper donna une tape sur l'épaule d'Edward. Il avait compris le pourquoi du fantasme d'Edward, à cause de Tanya, mais aussi, il savait qu'Edward venait de marquer son territoire.

Ils se retirèrent quelques minutes, et je les laissai tranquille. Jasper savait comment faire pour le rassurer. Nous nous installâmes dans la salle à manger et Edward et Jasper nous retrouvèrent peu de temps après. Je lui tendis un verre de vin en essayant de reprendre mes esprits. Le déroulement de la soirée continua avec le dîner. Tout le monde parlait de ce qu'il y avait dans leur vie et de leur projet.

C'était bien, parce que ça permis de détendre l'atmosphère pour Edward au moins. Leah lui posa même des questions sur les soins d'un nouveau né. Il lui suggéra de remplir son congélateur de petits plats afin de ne pas se nourrir de junk food, par manque de temps. Jacob, buvait littéralement les paroles d'Edward, écoutant chaque conseil et chaque mot qui disait.

Alice ne bon maître de cérémonie nous invita au salon toujours, pour montrer à nos hommes nos achats. Jasper faillit s'étrangler lorsqu'il vit la ceinture d'Alice et Edward s'étouffa avec son vin quand il vit que j'avais la plus grosse commande.

Jacob se frottait les mains devant le sac de Leah, Ben rougit en voyant les choses d'Angela et Emmet ne respirait plus lorsqu'il vit le vibro de Rosalie avec une tête rotative, spécial point G en action devant ses yeux. Alice emmena les mecs pour leurs bander les yeux.

On s'installa en lingerie et on s'assoit sur les chaises au centre du salon. En ordre, il y avait, Rosalie, Angela, Leah, Alice et moi en dernier. Alice entra avec les mecs qui avaient tous les yeux bandés. Ils restèrent debout et Alice leur expliqua le jeu. Si vous êtes certains de votre choix, vous rester devant elle en vous reculant pour laisser les autres passer. Vous n'avez pas le droit d'aller plus haut que le genou, compris?

Je vis Edward crisper sa mâchoire et ses poings et je croisai les doigts pour ne pas qu'il lui saute dessus pour lui coller son poing sur le visage. Il prit une grande respiration quand Jasper posa une main sur son épaule et enfonça son coude dans l'estomac de Jacob qui gémit sous la douleur. Nous n'avions pas les yeux bandés et on pouvait voir les mecs devant nous.

C'est Ben qui commença. Il fit les cinq, pour revenir face à Angela où il osa même approcher son nez pour humer l'odeur de son amoureuse. Emmet fut le suivant, je l'avais entendu dire que Rosalie avait les jambes un peu enflées à cause de la grossesse, mais Leah aussi.

Alors, je me demandais s'il allait être capable de la trouver. Comme Rosalie était la première, il s'y arrêta plus longtemps, passa rapidement à Angela, s'attardant devant Leah, passa rapidement devant Alice et moi, pour revenir sur Rosalie et Leah, hésitant pendant longtemps.

Il s'installa finalement devant Rosalie et je soufflai doucement de soulagement. Je crois qu'elle ne l'aurait pas prise, s'il s'était trompé, en tout cas, pas aujourd'hui. Ce fut le tour de Jacob, je vis dans son sourire qu'il trouva Leah au premier tour, mais lorsqu'il le refit pourla 3e fois, je lui envoyer un coup de pied.

Ce fut au tour d'Edward. Pauvre chou, il n'était pas très à l'aise avec le jeu, et malchance pour lui, j'étais la dernière. Il passa rapidement puis quand il arriva devant moi. Il arriva à Alice et là il massa un peu sa jambe et plus audacieux que les autres, mais surtout sur de lui, il laissa traîner sa langue des orteils au genou d'Alice avant de lui déposer un baiser sur le haut de sa cuisse. Mais il se stoppa en voyant la lingerie que Rosalie portait. C'était bizarre de voir les mecs en jeans et nous en sous-vêtements sexy.

Un à un les autres enlevèrent leur masque et écarquillèrent les yeux en nous regardant. Edward retira son masque et déglutit difficilement en approchant. Il ne dit absolument rien et me prit sous les fesses pour me prendre dans ses bras. Mes jambes s'enroulèrent autour de sa taille et mes bras autour de sa nuque. Il se jeta sur ma bouche et m'embrassa à perdre haleine passant la barrière de mes dents avec sa langue pour l'entrer dans ma bouche pour m'emmener dans un ballet érotique, me faisant gémir doucement.

J'étais coincée entre lui et le mur. Ses mains dans mon dos, venaient de descendre sur la ceinture de son jeans qu'il s'empressait de défaire et de retirer. Il continuait toujours de m'embrasser. Il retira son chandail en vitesse après avoir envoyer valser son boxer. Il descendit des baisers dans mon cou et sur ma poitrine, il fit sortir mes seins de la guêpière et les lécha et mordilla avant de les suçoter langoureusement.

Il mit ses mains sur mon bassin, juste en haut de mes cuisses en me maintenant en place fermement tandis qu'il roulait des hanches et buttait fort en moi, me faisant vibrer de tout mon corps.

Les frictions du roulement de hanches caressaient mon clitoris et les sensations de l'orgasme était présentent. Il resserra sa prise sur mes hanches, lorsque je le regardai, mon regard brulant dans le sien. J'étais certaine que j'aurais des marques au matin, mais c'était trop bon. Ce n'était pas ça qui m'inquiétait le plus Je voyais ds ses yeux qu'il avait l'air perdu, perdu dans le plaisir, perdu dans la tristesse, perdu dans son amour… mais surtout perdu dans sa jalousie….

Il m'embrassa avec fougue en insérant sa langue dans ma bouche et en reprenant ses fortes poussées faisant claquer nos peaux l'une contre l'autre.

Nous étions en sueur et essoufflés et tous les sons qui sortaient de ma bouche et de la sienne étaient incompréhensibles. J'étais proche, Edward aussi assurément. Edward laissant mon clitoris et me martela intensément pour se mener à sa jouissance. Il frappait au fond de mon ventre contre mon point G et un autre orgasme me frappa libérant mon suc en un jet qui mouilla encore plus le pubis de mon homme. J'étais tellement serrer autour de son sexe que je le sentis déverser sa semence en trois grandes giclées au fond de mon ventre.

Il continua ses mouvements doucement, je lui caressai les cheveux et lui embrassai la tête, mais je me figeai, lorsque je le sentis être secoué par des sanglots. Il me serra encore plus contre lui et je l'enlaçai doucement. Je lui caressai le dos et je déposai de petits baisers sur sa tête. Il enfouit son visage encore plus dans mon cou et il renifla un peu plus fort avant de finir par se calmer.

Je l'emmenai au bord du lit et je le fis asseoir sur le lit et me retrouver à califourchon sur lui. J'enlevai mes gants de satin avant de prendre à nouveau son visage dans mains. Je passai mes pouces sur ses joues pour essuyer les larmes qui avaient cessées de couler. Ses yeux étaient baissés et il ne me regardait pas. Je commençais à paniquer, à me demander si ce n'était pas trop pour lui. C'était facile pour moi de côtoyer Jasper et Jacob, ils font parti de ma famille depuis tellement longtemps.

Je me levai en lui souriant, et me dirigeai vers la petite chaîne stéréo que j'avais apporté des fois qu'il voudrait danser, ne voulant pas qu'il perçoive mon trouble. C'était donc ça que le mec ressentait quand la fille lui demandait de lui faire l'amour. Il devait totalement paniquer. Il me l'avait déjà demandé, mais s'était lui faire l'amour en dansant sur une piste de danse, là c'était différent.

Je lui avait déjà fait l'amour et j'avais déjà prit les commandes d'une relation sexuelle, mais là il voulait que je lui fasse l'amour.

La musique démarra, je me libérai de ma guêpière avant de lui tendre la main pour l'approcher de moi. Remember those walls I built Rappelle-toi de ces murs que j'ai construis Well baby they're tumbling down Eh bien bébé ils sont en train de s'écrouler And they didn't even put up a fight Et ils ne tentent même pas de résister They didn't even make a sound Ils ne font même plus de bruit. Je passai mes bras autour de sa nuque et posai mon front contre le sien en nous balançant doucement.

Je sentais qui voulait prendre le contrôle de la danse et je le laissai faire, lui menant la danse, moi, les caresses. I found a way to let you in J'ai trouvé un moyen de te laisser entrer But I never really had a doubt Mais je n'ai jamais vraiment eu de doutes Standing in the light of your halo Restant sous la lumière de ton aura I've got my angel now J'ai mon ange maintenant.

Je caressai ses épaules et embrassai doucement ses lèvres, me délectant de leur douceur et de leur saveur. Je passai doucement la pointe de ma langue autour de ses lèvres qu'il ouvrit doucement pour me laisser entrer.

Nous étions nus tous les deux et je frissonnais à chaque fois que ses doigts caressait la courbe de mes reins. It's like I've been awakened C'est comme si je venais de me réveiller Every rule I had you breakin' Tu brises toutes les règles que je me fixais It's the risk that I'm takin' C'est le risque que je prend I ain't never gonna shut you out Je ne te repousserai plus.

Je le sentais frissonner lui aussi sous mes caresses et mes baisers, et je sentais que sa virilité se réveillait de plus en plus. Elle frottait contre mon ventre alors qu'on dansait toujours doucement et sensuellement.

Everywhere I'm looking now Peu importe ou je regarde maintenant I'm surrounded by your embrace Je suis entourée de ton étreinte Baby I can see your halo Bébé je peux voir ton aura You know you're my saving grace Tu es mon sauveur.

Je laissais ses lèvres pour embrasser sa mâchoire, me dirigeant en laissant traîner ma langue sur sa peau, pour reprendre les baisers dans son cou, sa clavicule, pour finalement embrasser sa gorge et descendre vers son torse. You're everything I need and more Tu es tout ce dont j'ai besoin et plus It's written all over your face C'est écrit partout sur ton visage Baby I can feel your halo Bébé je peux sentir ton aura Pray it won't fade away J'espère qu'elle ne faiblira pas.

Je le poussai sur le lit pour qu'il s'allonge sur le dos et j'embarquai à califourchon sur ses cuisses pour continuer l'exploration de son corps parfait. Ma langue laissait une longue et lente traînée de sa gorge, jusqu'à son nombril, m'arrêtant sur ses tétons pour les mordiller amoureusement, le faisant haleter et gémir sous ma douce torture. I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura I can see your halo, halo, halo Je peux voir ton aura, aura, aura I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura I can see your halo, halo, halo Je peux voir ton aura, aura, aura.

Mes tétons durcit caressaient son corps tout au long de ma descente et maintenant, mes seins étaient par-dessus son sexe devenu très dur et tendu. Edward glissa ses mains pour les poser sur mes seins et encercla son érection avec ces derniers pour faire de légers mouvements, tandis que j'embrassais toujours son ventre. Hit me like a ray of sun Me frappant comme un rayon de soleil Burning through my darkest night Brûlant pendant mes plus sombres nuits You're the only one that I want Tu es le seul que je veux Think I'm addicted to your light Je crois que je suis accro à ta lumière I swore I'd never fall again J'ai juré de ne plus tomber But this don't even feel like fallin' Mais je ne le ressens même pas comme une chute Gravity can't forget La gravité ne peut pas oublier To pull me back to the ground again De me ramener sur terre encore.

Délaissant mes seins pour mes hanches, il m'aida à me tenir pour que je me laisse glisser sur sa longueur, nous faisant gémir ensemble tant la sensation était bonne. Je bougeais doucement sur son sexe, le faisant entrer profondément au fond de mon ventre.

Bien entré profondément dans mon vagin, je roulai des hanches faisant frotter mon clitoris contre son pubis et son gland contre mon point G. Edward donna des petits coups de bassin pour m'accompagner. Jeelèvai les yeux vers son visage et il me sourit de son magnifique sourire.

Magnifique… le mot est encore trop faible. Je pris appuie sur son torse pour m'aider à onduler sur lui. Je relevai mon bassin pour faire des va et vient langoureux auxquels ils m'aida avec ses mains sur ma taille. C'était tellement bon, je le sentais tellement bien dans cette position. Edward haletait la bouche entrouverte, appel aux baisers.

Je me penchai doucement et je mis mes mains sur l'oreiller de chaque côté de sa tête et je l'embrassai avec passion. Baiser auquel il répondit avec envie en m'attirant encore plus à lui, une main sur ma nuque et l'autre toujours sur ma taille.

Il pencha la tête sur le côté pour approfondir encore plus le baiser et je gémis tellement c'était bon de l'embrasser de cette façon et qu'il y réponde avec la même soif, le même désir que moi. I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura. Je commençais à trembler d'être appuyée sur mes bras, je me laissai tomber sur lui complètement et nichai mon visage dans son cou.

Mon bassin ondulant toujours sur lui. Il bougea un peu sous moi et sans que j'aie le temps de protester, il nous fit retourner pour se retrouver sur moi, sans briser notre connexion intime, me surplombant de son corps parfait. Il posa sa main sur ma joue et caressa mon nez avec le sien avant de m'embrasser sensuellement. Sa main sur ma joue, descendit jusqu'à mon genou gauche pour le faire remonter sur sa taille, caressant tout mon corps du bout des doigts, sa langue toujours à faire des choses érotiques avec la mienne.

Ses mouvements en moi se firent plus fort et plus profond, mais toujours langoureux. J'accompagnai ses mouvements avec mes mains sur ses fesses en le pressant contre moi à chacune de ses poussées au fon de mon ventre. Il vrilla son regard rempli d'amour et de désir au mien.

Je hochai la tête pour répondre à sa demande silencieuse d'accélérer le mouvement. Il accéléra ses poussées en roulant des hanches, cajolant mon bouton de plaisir à chaque fois. Les sensations étaient euphoriques, ses mains sur mon corps, ses lèvres sur ma peau, son regard océan dans le mien, ses coups de rein rythmés, l'effort physique lui faisant perler des gouttes de sueurs sexy oui, oui sexy sur les tempes, le picotement de ma vulve qui annonçait l'atteinte de mon paroxysme et la plus douce de mélodie, sa voix.

La force de mon orgasme fut si frappante que des points lumineux explosaient derrière mes paupières qui s'étaient fermées au même moment. Edward nicha son visage dans mon cou et je mis instinctivement mes doigts dans ses cheveux de bronze, soyeux pour le caresser tendrement. J'avais encore la gorge nouée et j'essayais tant bien que mal de le cacher, mais ce fut sans succès. En inspirant, pour reprendre mon souffle, un sanglot déchirant m'échappa. Edward se retira de moi et nous allongea sous les couvertures.

Il m'installa contre lui en serrant sa prise sur moi et en ne cessant de me caresser et de déposer des baiser sur mes tempes ou encore le haut de ma tête, attendant que mes larmes se calme. Vous savez ce que j'attends de vous??? J'ai vraiment trop hâte de savoir ce que vous avez pensé de ce chapitre. J'espère que vous n'êtes pas déçu de notre parfait danseur-baiseur avec sa petite crise de larmes…lol… Il est fou amoureux de Bella et il ne voit plus sa vie sans elle….


Sur la table de chevet près de lui se trouvaient une bouteille d'eau fraîche, un sandwich au jambon préparé comme elle les aimait, et deux fioles de potion violette. Les yeux d'Hermione s'ouvrirent lentement, et se fixèrent. Le pâle visage de Severus entra dans son champ de vision, ses yeux sombres fixés sur elle, un air solennel affiché sur son visage.

Ses yeux glissèrent le long de son corps nu et il sentit le sang envahir son membre. Elle avait l'air un peu trop tendue, et Severus comprit qu'elle n'avait pas été complètement sincère à propos de son état. Il s'assit et saisit les fioles de potion violette pour les lui tendre.

Le Maître des Potions la regarda les débouchonner l'une après l'autre et les boire cul sec. Après quelques instants, elle tenta de remuer pour se tester, et soupira de soulagement. Severus apprécia la légère note de gêne dans la voix d'Hermione. Cela ne lui donnait envie que de lui faire d'autres choses qui pourraient la gêner. Mais elle devait d'abord manger. Il se redressa et lui tourna le dos. Il était entièrement nu et Hermione eut une vue parfaite sur son corps pâle. Il était mince et musculeux, avec un fessier tendu et de longues jambes athlétiques.

Il avait, tout comme Lucius, des cicatrices qui s'entrecroisaient sur sa peau. Severus se tourna pour lui faire face et ses yeux s'écarquillèrent quand ils tombèrent sur son érection. Ce sorcier était gigantesque. Pas étonnant qu'elle ait la sensation d'avoir été prise par un sacrément gros gourdin. Son ventre était plat, ses côtes apparentes et son torse bien tracé, sans être massif. Ses bras étaient nerveux et tendineux. Chaque jointure, des genoux aux épaules, était acérée.

C'était un homme bien fait. Ses robes sévères en cachaient beaucoup. Severus savait parfaitement qu'elle examinait son corps. D'après le regard qu'il lui vit, elle approuvait. Il lui fit un petit sourire satisfait.

Hermione se précipita au bord du lit dès qu'elle vit le sandwich. Elle avait la sensation de ne pas avoir mangé depuis des jours. C'est une condition sine qua none pour servir le Lord Noir. Donc, il ne dormait pas bien. Elle n'en doutait pas… Il avait réellement une conscience, et les choses qu'il avait été contraint à faire sous le joug de Voldemort le hantaient probablement. Elle déglutit, puis débouchonna sa bouteille pour la boire cul-sec.

Il y avait quelque chose dans son regard qui la dérangeait et l'excitait tout à la fois. Hermione sentit une petite et immédiate chaleur à la pensée du blond l'attachant et la baisant. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Le Maître des Potions allait penser qu'elle était un genre de monstre tordu.

Quand il était avec vous, la lumière n'a pas faibli une seule fois. Lucius domine les femmes. J'imagine qu'il vous a dominée… Et au vu de la puissance de l'indicateur, vous avez apprécié ce qu'il vous a fait. Si cela n'avait pas été le cas, il aurait faibli comme pour Rusard.

Severus se renfrogna et se leva, rejoignant la chaise sur laquelle ses vêtements retirés par Divesto s'étaient retrouvés. Il prit son pantalon pour en retirer la ceinture. Hermione s'immobilisa, le sandwich oscillant devant sa bouche alors qu'elle fixait la ceinture dans la main pâle du sorcier. Elle sentit un flux de fluide rouler hors d'elle et rejoindre le lit. Severus ne perdit rien de sa réaction. Quand Lucius lui avait envoyé cette ceinture en cadeau, c'était un rappel de leur moment passé ensemble.

Il avait dû l'utiliser, celle-là ou une semblable, sur elle. Alors que la jeune femme l'observait, le Maître des Potions rejoignit sa baguette délaissée, la saisit et leva la ceinture, laissant la boucle pendre. Il murmura un sort et avec le bout de sa baguette, brûla des trous supplémentaires sur la lanière, commençant à la boucle pour rejoindre les trous préexistants.

Elle posa le reste de sandwich, l'appétit coupé. L'idée de vous attacher pour vous prendre me plait. Je pense que vous aimez ce genre de traitement, Hermione. Je pense que vous aimez être sous le contrôle de votre amant, jusqu'à un certain point.

Je pense que vous en avez besoin, parce que vous avez dû être un leader, à devoir toujours prendre des décisions, à devoir toujours faire des découvertes, qui ont chaque fois été l'objet d'éloges, méritées ou pas. Vous avez des besoins et désirs secrets, de très pervers besoins et désirs secrets.

Qui peut vous donner ce dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Severus fit claquer bruyamment la lanière dans sa paume, et Hermione sursauta.

Il eut un petit sourire satisfait et sombre. Je me demande pourquoi. Elle ne répondit pas. Severus apprécia son silence. Cela plaisait à sa plus sombre nature. Est-ce ce pourquoi le cuir contre la chair vous excite?

Je vous ai soigneusement récurvitée quand vous étiez endormie, et à présent… A présent, je peux sentir ton excitation. Il l'ajusta pour que la boucle soit devant elle puis doucement vers la gauche pour qu'elle ne puisse pas entraver ses mouvements. Sa main gauche agrippa la lanière près de sa gorge et la droite tenait mollement le reste de longueur. Severus s'approcha et tira doucement sur la ceinture de sa main gauche, poussant la tête d'Hermione en avant et avançant ses hanches. La tête de son membre se balança à quelques centimètres devant ses lèvres.

Hermione respirait rapidement, ses seins s'élevant et retombant sous son excitation. Severus pressa son membre engorgé contre ses lèvres, s'avançant doucement et sans forcer dans sa bouche. Severus faillit siffler devant la gravure érotique qu'elle lui offrait… Ses yeux d'ambre étincelaient et son membre était pressé contre ses lèvres.

La bouche de sa sorcière était tendue autour de son épaisseur. Dieu, il était presque trop excitant de la regarder. Il frappa doucement son épaule avec la ceinture, juste assez pour pincer légèrement, puis la tira un peu en avant, se glissant plus profondément entre ses lèvres. Montrez-moi à quel point vous êtes talentueuse. Il remua la ceinture et s'enfonça pour qu'elle commence, mais elle n'avait pas besoin du moindre signe de départ. Elle était prête à lui rendre la pareille. Severus lui avait offert la meilleure partie de jambes en l'air qu'elle ait jamais vécue.

Elle était prête à lever un culte et un temple à son sexe, et lui montrer que le plaisir donné n'allait pas être à sens unique dans cette relation. Et, Merlin, il utilisait aussi des ceintures. Ca méritait déjà une fellation en soi. Hermione fit tourner sa langue sur le bout de son sexe, puis en lécha la fente, y tortillant sa langue.

Severus laissa échapper un petit cri et se recula en haletant. Aucune femme ne lui avait jamais fait ça auparavant. C'était comme une petite pénétration. Elle lui fit un petit sourire satisfait, savant qu'elle l'avait surprise.

Hermione aurait pu rire si ça bouche n'avait pas été si bien remplie de sorcier brûlant et dur, et elle se remit rapidement à la tâche, suçant avidement le sorcier, faisant grogner Severus sous son ardeur.

Elle relâcha son membre et commença à embrasser et lécher sa longueur, y amenant ses petites mains pour caresser son érection, Severus se tortillant un peu alors qu'elle rejoignait, plus bas, ses testicules pour les sucer l'une après l'autre dans sa bouche, jouant avec avec sa langue, les titillant de ses dents, ce qui était à la fois excitant et terrifiant pour lui, tandis qu'il faisait de son mieux pour rester immobile afin qu'il n'y ait pas d'accident.

Il laissa échapper un soupir modulé quand elle retourna à son membre, le nettoyant de sa langue jusqu'à ce qu'il soit brillant de salive, puis en engouffrant sa tête à nouveau, utilisant ses mains pour y apporter plus de stimulation, le tenant fermement.

Severus eut l'impression qu'elle le baisait avec sa bouche et ses mains, et il relâcha la ceinture pour attraper sa tête et s'y soutenir, craignant de s'effondrer alors qu'elle utilisait tout son talent pour lui faire entrevoir le paradis que lui-même lui avait précédemment offert. Elle se sentit assez victorieuse alors qu'il commençait à trembler incontrôlablement, ses mains, s'agrippant à sa tête sous le plaisir alors qu'il atteignait l'orgasme.

Posted on Thursday, 01 November at 1: Edited on Friday, 02 November at Posted on Friday, 02 November at 4: Edited on Sunday, 04 November at 3: Posted on Friday, 02 November at Edited on Saturday, 03 November at 2: Blog Voila ma fic Send a message Give a gift Follow Block Choose this background.

Design by the-skyrock-team Choose this background Report abuse. Alors voila vous allez lire ma fic! Ce ne sont pas non plus des stars mais des lycéens comme vous et moi.

Ce qui veut dire qu' il y aura des scénes de sexe lemon , et qui plus ait; homosexuelle. Rappel a propos du yuri: Relations homosexuelles entre femmes. Donc vous voila avertis! Mais si vous avez des suggestions, faites m'en part. N' hésitez pas à laisser des commentaires, ca fait toujours plaisir! Un peu plus sur l' histoire: L' histoire se déroule a tokyo Japon de nos jours.

Mon histoire tourne surtout autour de mes deux personnages principaux - les voici: Tarja Lockart , 17 ans , Lycéene Signes particuliers: Grande et mince, cheveux long bleu, yeux vert Un petit coté garcon manqué. Elle est nouvelle a Tokyo et arrive de Paris. Liz Vargas , 17ans , Lycéene Signes particuliers: Cheveux chatain clairs, yeux bleu Plus féminine que Tarja.

Elle pensé étre hétéro avant l' arrivée de Tarja. Les points de vue et paroles de Tarja sont en rouge. Les points de vue et paroles de Liz sont en bleu. Comment Don't forget that insults, racism, etc. Qui a t' il ma chérie? Ne t' inquiéte pas, ca va bien se passer et puis tu as l' habitude de changé d' école fille: D' accord ma chérie, je passe te prendre à la fin des cours tarja: Les éléves affluent et se presses tous de rentré dans l' école.

Elle marche jusqu' à l' allée menant à la porte principale, elle lève les yeux et contemple la grande bâtisse. C' est un bâtiment blanc et simple avec des barreaux aux fenetres. POV Tarja Oué on dirait plus une prison qu' un lycée Tarja pousse la poignée et entre Elle arrive dans un grand couloir bondés d' éléves surexités.

POV Tarja éh ben ils sont bruyants! Putain vous pouvez pas faire atten Oh désolé, je l' ais pas fait expré Umh qu' elle sourire! Elle sourit de nouveau et partis. Tarja la regarda s' éloigné en la détaillant. L' inconnue était assez grande, mince avec de magnifique cheveux chatains claires.









Sexe entre filles frotte sexe


Il ne doit pas rester d'air à l'intérieur sinon vous risqueriez qu'il se brise pendant l'acte. Une fois que c'est fait, vous n'avez plus qu'à le dérouler jusqu'à la base de sa qu … enfin la base du sexe. Heureusement pour moi, je m'en sortis brillamment et je réussis à développer mon exposé presque parfaitement, si on oubliait l'épisode du sac et de sa main brûlante dans mon dos. La sonnerie retentit soudainement et les adolescents prirent la boîte métallique que je leur tendis, comme à chaque fin de séance.

Je compris qu'elle voulait me parler en privé et je l'amenai dans le fond de la classe pour qu'elle s'explique. Je tombai un peu des nues car je n'avais jamais pratiqué de fellations de ma vie, je me voyais donc mal la conseiller sur la manière de procéder.

Je cherchai quand même rapidement un moyen de la rassurer, sans pour autant me jeter dans des explications dont je n'étais pas certaines. Le professeur ne semblait pas intéressé par notre petite conversation, il se contentait de détailler tout le matériel que j'avais apporté. Il faut que tu laisses ton instinct te guider, tout se passera bien. Mais si tu t'aperçois que tu n'aimes pas le … soulager, ne te force pas car il faut aussi que tu trouves du plaisir à donner du plaisir.

Si tu as besoin de quoi que ce soit d'autre, voici ma carte pour que tu puisses me joindre. Elle me sourit puis sortit aussi vite que son ombre de la classe pour rejoindre la cantine, me laissant seule pour la toute première fois avec l'objet de mes fantasmes … et mes contraceptifs!

Je lissai ma jupe d'un geste nerveux puis rejoignis son bureau pour tout ranger. Je sentis mon sang pulser dans mes veines, mes tempes et mes cuisses devenir moites à force de serrer les jambes l'une contre l'autre. Il s'était approché de la porte juste avant que Rosalie ne s'en aille et l'avait refermée après sa sortie. J'essayai de me concentrer sur autre chose, je choisis donc de ranger tout mon matériel dans mon carton. J'entendis soudain qu'il décollait mes feuilles du tableau, je ne l'avais même pas vu revenir près de moi.

Il s'approcha du bureau et me tendit mes dessins pour que je les saisisse. Mes élèves n'ont jamais été aussi assidus qu'aujourd'hui. Mon souffle se bloqua dans ma gorge et j'osai tourner la tête vers lui, mes yeux rencontrant les siens, plus brillants encore que devant sa porte il y a une heure. Quelque chose avait changé dans son regard, mon imagination semblait même percevoir une flamme danser dans ses prunelles.

C'était tout bonnement impossible, j'étais simplement en train de décompresser et mon cerveau me jouait des tours. Cependant, une infime parcelle de mon esprit voulait croire qu'il s'intéressait à moi et sans pouvoir la contrôler, je la laissais s'exprimer librement. Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres alors que sa main se posait sur le rebord de son bureau. Je me sentis voluptueuse face à ces propos inespérés, que je n'aurais jamais crû entendre sortir de sa bouche. J'aurais au contraire dû me sentir outrée qu'un homme me veuille uniquement pour le sexe mais il n'était pas n'importe quel être humain masculin … c'était mon fantasme ambulant qui me désirait.

J'étais trop sonnée, trop éberluée pour comprendre ce qu'il m'arrivait. Son baiser était léger, comme une caresse mais mon cerveau refusait de mettre mes lèvres en mouvement avec les siennes. Il se redressa quelques instants après, un peu perplexe quant à mon manque de réaction. Sa main chaude quitta ma hanche pour se poser sur ma joue et je sursautai quand sa chaleur entra directement en contact avec ma peau blanchâtre et fraîche.

Je passai mes deux mains derrière sa nuque alors que les siennes serraient mes hanches, comme pour m'empêcher de m'échapper de son emprise. Nos lèvres se frôlaient, se frottaient l'une à l'autre avec fougue et une envie de plus. J'ouvris doucement ma bouche pour laisser entrer sa langue, conquérante et désireuse de valser avec la mienne, impatiente. Ses mains se faufilèrent doucement sous le tissu de mon chemisier blanc, provoquant un faible gémissement de bonheur.

Mon corps n'était plus qu'un véritable brasier qu'il me tardait de calmer ou d'attiser davantage. Je me consumais pour lui, mes mains encore innocentes descendant se poser sur ses fesses fermes. Je fus soudain plaquée contre le bord de son bureau, son corps possédé collé au mien, me permettant de saisir toute l'ampleur de son état.

J'eus à peine le temps de m'effrayer car il m'assit sur son secrétaire, butinant mon cou de baisers brûlants et humides. Mon corps ne m'appartenait plus, je n'étais plus que Bella la poupée du plus doué des ventriloques. Tantôt je gémissais, tantôt je soufflais de plaisir quand ses mains caressaient mes seins au dessus de leur carcan. Ses lèvres ne quittaient jamais ma peau en feu, mon corps dont les vêtements s'effeuillaient au rythme de notre passion dévastatrice.

Allongée sur son bureau en petite tenue, je vis ses deux émeraudes me détailler comme s'il touchait du regard le paradis terrestre. J'étais un volcan prêt à entrer en éruption, un fruit prêt à être cueilli … je le voulais comme aucun autre auparavant. Mon souffle erratique résonnait dans le silence de la pièce pendant que sa bouche partait découvrir les méandres de mon anatomie innocente. Sa langue douce traçait son sillon le long de mon sternum avant de monter la pente et d'accéder à une de mes sources de plaisir.

Mon dos se cambra sous l'intensité de sa caresse, ses doigts glissant jusqu'à l'ouverture de mon carcan, libérant ma poitrine de sa prison de dentelle. Mes mains agrippèrent ses cheveux désordonnés, collant sa bouche dévorante contre l'objet de sa convoitise. Je laissais mon instinct dicter ma conduite, j'appliquais enfin les conseils que je donnais aux autres. Je l'obligeais à remonter vers mes lèvres, capturant les siennes pour un baiser langoureux et intense.

J'observai son sourire espiègle s'éloigner doucement de ma poitrine pour se retrouver beaucoup, beaucoup plus bas … Il s'assit sur son siège qu'il descendit, se mettant au niveau de mon intimité encore couverte. J'haletais, apeurée, et pris appui sur mes coudes en gardant le contact visuel.

Il avait donc entendu toute ma conversation avec Rosalie concernant … sa très prochaine fellation et mes conseils que je voulais avisés. Je n'avais pas du tout la tête à peser le pour et le contre de cette révélation, mon corps et mon esprit n'aspiraient plus qu'à communier avec les siens, à faire un avec mon beau professeur de français.

Il agrippa mon shorty noir délicatement puis le tira lentement le long de mes jambes avant de la poser sur le bureau. J'aperçus ses pupilles se dilater à la vue de mon intimité intégralement épilée sous les conseils d'Alice. Magnifique concours de circonstances. Un grognement animal roula soudain dans sa gorge, je m'en mordillais la lèvre tant mon excitation devenait insoutenable. La raison m'avait quittée et la réflexion n'était pas à l'ordre du moment, je voulais subir et me laisser porter par cette nouvelle expérience qui me plaisait déjà beaucoup.

Cependant, dans un dernier sursaut de lucidité, je m'aperçus que je ne connaissais pas son prénom. Il mordilla tendrement l'intérieur de ma cuisse et je rejetai la tête en arrière sous la vague surprenante de désir. Ses mains douces et soignées me caressaient le ventre, les seins puis s'arrimèrent à mes hanches qu'elles rapprochèrent du bord du bureau.

Mon beau professeur n'avait toujours pas répondu à ma question alors que je voulais le gémir tout au long de notre voyage érotique. Mes hanches voulurent instinctivement se lever mais ses mains qui me maintenaient m'en empêchèrent.

D'un côté, je désirais me laisser porter par sa bouche aventureuse mais de l'autre, je voulais chercher dans ma mémoire le moment où son nom m'avait été révélé. Je retombai complètement sur le bureau, tant les sensations de sa langue sur mon sexe étaient intenses.

Comment arriverais-je à me concentrer alors qu'il faisait des merveilles à mon territoire encore vierge? Je tentai de me remémorer les instants où son prénom s'était échappé des lèvres de Lauren mais elle s'était contentée de Monsieur Cullen pendant notre courte marche.

Aucun des élèves ne l'avait appelé si familièrement, j'en aurais été automatiquement frappée. Non, le seul et unique moment où je m'étais interrogée devait avoir rapport avec …. Je criais involontairement son prénom, sa bouche aspirant mon bouton nerveux entre ses lèvres. Je le sentis sourire contre ma peau avant que son regard ne se perde dans le mien, embué par le plaisir qui grandissait.

Il cala mes jambes contre ses épaules et ses mains passèrent sous mes fesses pour le rapprocher de mon intimité surchauffée. Mes muscles commencèrent doucement à trembler tant la boule dans mon bas-ventre grossissait inexorablement. Sa langue me découvrait, explorait la moindre parcelle de mon sexe nu. Elle remonta fortement entre mes plis gonflés pour s'enrouler autour de mon clitoris plus que sensible. Je gémissais toujours plus fort son prénom, ce qui l'enhardissait dans sa tâche.

Ses doigts s'enfoncèrent dans la chair de mes fesses et il augmenta la vitesse de ses caresses au point de me faire crier. Si le directeur apprenait ce que je faisais dans son établissement, avec un de ses meilleurs professeurs …. Mon dos initia sa cambrure alors que je peinais à garder les yeux ouverts tant mon plaisir atteignait des sommets.

Il continuait à me prodiguer ses soins personnels alors que je vis arriver de loin ma libération. J'haletai à un rythme de plus en plus proche et mes mains s'étaient d'elles- mêmes réfugiées dans la tignasse soyeuse de mon bel Apollon. Mon orgasme explosa d'un seul coup dans mon ventre en des vagues destructrices, m'envoyant directement au-delà du septième ciel. J'avais volé plus loin que les étoiles. Mon sexe continuait de subir les derniers soubresauts du plus incroyable extase de mon existence tandis que sa langue me léchait doucement, ne perdant pas une seule goutte de ce que je lui offrais.

Mon dos et mon esprit retouchèrent le bureau qu'ils avaient quitté un moment et ma respiration erratique retrouva peu à peu son rythme régulier. Edward remonta lentement mon corps, éparpillant des baisers sur son passage puis stoppa son visage au même niveau que le mien pour m'observer. Je devais être bizarre à voir avec mes cheveux ébouriffés, mon front tout en sueur et mes joues rouges du plaisir ressenti. Nos langues se firent rapidement plus ambitieuses et je pus de nouveau sentir à quel point son envie de moi avait encore changé.

Je désirais vraiment qu'il soit le premier à me faire découvrir le plaisir d'être remplie, entière. Je voulais le sentir complètement en moi. Je n'avais cependant pas assez d'audace pour lui avouer ma virginité, de peur de casser l'ambiance. Je voulais aller jusqu'au bout de cette première expérience sexuelle.

Mes mains se faufilèrent entre nos deux corps et atteignirent sa braguette de pantalon. Je la descendis puis agrippai les bords de son jeans pour qu'il rejoigne ma jupe et mon chemisier au sol. Il nous releva sans nous quitter des yeux que nous savions possédés. Je rompis le contact en embrassant son cou alors que mes mains caressaient envieusement son dos passant ensuite sur son torse et ses pectoraux que mes ongles griffèrent gentiment.

Je ne me reconnaissais plus et cette nouvelle facette que je me découvrais me plaisait plus que de raison. Alors, je posai ma main sur son membre recouvert, son sexe dur comme de la pierre. J'appréhendais un peu de l'apercevoir, surtout de l'avoir en moi mais j'étais résolue. Ses lèvres embrassèrent mon visage en de légers baisers et j'en profitai pour faire tomber le dernier rempart qui nous séparait, nous empêchait de nous rejoindre et ne faire qu'un.

J'abaissai la tête vers son membre qui me comblerait bientôt et aucun autre mot ne m'apparut dans mon esprit qu' ENORME. Je me figeai un peu dans ses bras et il le sentit car il m'obligea à redresser le menton et croiser son regard scintillant. J'embrassai ses lèvres pour le faire taire car il n'était pas question de stopper en si bon chemin. Puis, mon prénom prononcé entièrement dans sa bouche m'avait fait l'effet d'un électrochoc.

Je détestais qu'on m'appelle ainsi mais venant de lui, mon désir de faire l'amour n'avait fait qu'accroître de plus bel. Ma main s'empara fébrilement de son membre et je commençai un mouvement de haut en bas alors que nos langues valsaient frénétiquement. Il gémit dans ma bouche alors que je l'enserrai en accélérant doucement la cadence. Je prenais un plaisir fou à lui faire du bien, le soulager un peu comme avait si bien dit Rosalie.

Il caressa mon dos de ses doigts agiles avant de me rallonger sur son poste de travail. Mon sixième sens me disait que le moment tant attendu approchait à grand pas et je ne quittai pas Edward des yeux. Il tendit le bras pour saisir un des préservatifs que j'avais amené et déchira l'emballage avec ses dents, dans un mouvement ultra sensuel.

Son sourire coquin me fit trembler d'anticipation mais pour rien ne monde je ne désirais faire marche arrière.

Il déroula lentement le condom le long de sa verge tendue à bloc et je laissai échapper malgré moi un gémissement de désir. Je ne savais pas s'il entrerait en moi du premier coup mais au vu de mon incroyable humidité, tout était du domaine du possible. Il posa son front contre le mien, ses mains tendues de chaque côté de ma tête descendirent s'emparer de mes cuisses pour les enrouler autour de son bassin. Ses iris se perdirent dans les miens quand je sentis soudain son membre s'immiscer dans mon antre charnel.

Je posai rapidement mes mains sur ses épaules et y enfonçait mes ongles en laissant échapper un étranglement de douleur. Sa verge m'avait pénétrée dans un seul et unique mouvement décidé et fiévreux. Mon regard toujours perdu dans le sien se ferma sous le mal qui rongeait mon bas-ventre et une larme involontaire coula le long de ma tempe. Le corps d'Edward qui me recouvrait chaleureusement se figea soudain au dessus de moi et m'obligea à rouvrir mes paupières lourdes pour constater l'ampleur de la situation.

Il semblait complètement désemparé par ce qu'il venait de comprendre car il restait immobile, son membre érigé toujours ancré dans le mien, à vif. Il tenta alors de s'écarter de moi mais mes jambes refusaient de le laisser me quitter. Je gémis de nouveau mais la douleur se fit moins présente que la première fois. Je n'étais plus vierge à présent et seul m'importait le moment si intime que nous partagions.

Edward n'avait toujours pas prononcé un mot depuis que j'avais clairement exprimé ma requête mais je pus lire dans son regard qu'il acceptait. Ses lèvres butinèrent tendrement mon visage alors qu'il enclenchait doucement d'autres mouvements en moi, m'étirant toujours plus alors que la douleur se dissipait petit à petit.

Ses avant-bras entourèrent ma tête alors que nos langues se caressaient par à coups. Son membre s'activa davantage et une agréable chaleur commença à se propager dans mon ventre, me faisant gémir de plaisir pour la première fois. Il se redressa légèrement en remonta mes jambes serrées sur ses côtes, changeant son angle de pénétration. Il s'enfonça en moi totalement, son regard planté dans le mien alors que je mordais ma lèvre sous la sensation.

Son souffle saccadé parvenait à mes oreilles comme une chanson dont la mélodie n'était destinée qu'à moi. Mes mains caressèrent ses reins fiévreusement, mes gémissements brisant le silence de la classe devenue l'autel de notre ébat. Tout s'accéléra alors et je ne pus retenir mes gémissements qui se changeaient en cris étouffés par sa bouche avide.

Mes bras serrèrent ses épaules pour essayer de contenir mes tremblements involontaires. Edward ne cessait de me prodiguer des caresses, des baisers pour accroître mon plaisir car je pouvais voir qu'il tentait de calmer le sien.

Il gémit à mon oreille profondément avant de se relever, mes jambes soudainement portées sur ses épaules larges et légèrement humides. Mes fesses se soulevèrent par la seule force de ses mains et je criai lorsque son bassin claqua contre le mien avec détermination.

Ma tête roulait contre son bureau sous l'effet du plaisir qu'il me faisait ressentir et que je pensais inexistant lors d'une première expérience. Je voulais entendre mon surnom passer ses lèvres enchanteresses lors de sa délivrance de plus en plus proche. Je réussis par je-ne-sais-quel moyen à descendre mes jambes pour les enrouler autour de son bassin, enfonçant son membre entier dans le mien.

Ses mains prirent appui sur mes hanches qu'il ramenait contre lui à chaque coup qu'il portait. La même boule qui s'était manifestée plus tôt dans mon bas-ventre grossit subitement et mes yeux s'ouvrirent en grand quand son pouce caressa mon clitoris.

Son doigt tournoya rudement autour de mon bouton nerveux et un feu bien plus brûlant encore dévora entièrement mon corps et ma tête. Mes mains agrippèrent les siennes, toutes les deux arrimées à mes hanches au moment où je me sentis éclater. Mon cri incontrôlé et son gémissement guttural se répercutèrent ensemble contre les murs de l'établissement le plus réputé de la ville londonienne.

Edward retomba du mieux qu'il put sur le bureau, son visage se nichant entre mes globes laiteux dont les pointes s'érigeaient. Ma respiration reprit cette fois difficilement son cours normal car mon orgasme avait surpassé toutes mes convictions concernant un premier ébat. J'avais souffert au début mais jamais je n'aurais cru jouir, et surtout aussi fort. Sa bouche sur mon sein droit me sortit de ma torpeur et mes yeux à moitié clos rencontrèrent les siens, rassasiés et brillants de mille feux.

Nos deux corps connectés se séparèrent lentement, m'arrachant une plainte de mécontentement. Je cherchai ses lèvres et nous nous embrassâmes langoureusement avant qu'il ne m'aide à me relever.

Il sortit un petit mouchoir du tiroir de son bureau et essuya tendrement le peu de sang qui avait coulé mêlé à mon jus translucide puis le jeta avec le condom. Nous nous rhabillâmes ensuite silencieusement, chacun de notre côté, et nous observâmes, un peu gêné par ce que nous venions d'accomplir. Nos instincts primaires avaient pris le dessus sur notre civilité et sans vraiment réfléchir à l'endroit où nous nous trouvions. Sa main passa dans l'arrière de ses cheveux savamment désordonnés alors que je me triturais les doigts.

Nous ne savions pas quoi nous dire mais il y avait une chose dont j'étais absolument certaine: Est-ce que lui le désirait aussi où n'avait-il cherché qu'à calmer la … tension qui s'était créée entre nous? Lorsque nous arrivâmes à l'accueil tous les deux, Lauren le dévora littéralement des yeux et je m'en soulageais parce que cela revenait à dire qu'elle n'avait pas connaissance des événements.

Ne restait qu'à savoir s'il en était de même pour le directeur Volturi … Il m'avait d'ailleurs invité à visiter son école mais je n'avais plus du tout la tête à quoi que ce soit. Je voulais retourner chez moi rapidement pour me changer avant de reprendre la direction de mon boulot.

Edward était parti discuter avec Lauren alors que je sortais du bâtiment pour rejoindre ma voiture. Je ne regrettais pas d'avoir franchi le cap mais j'avais été trop naïve en pensant que la connexion qu'Edward et moi avions ressentie nous mènerait à quelque chose de plus concret. J'avais semble-t-il encore beaucoup de choses à apprendre des hommes, même si aujourd'hui, c'est l'un d'entre eux qui m'en avait appris. Je rangeais mon matériel dans le coffre quand sa voix me fit sursauter.

Je me retournai brusquement vers lui qui avait enfilé une veste et tenait des clés de voiture dans ses mains. C'est ainsi que je me retrouvai dans un petit restaurant japonais de la ville, apprenant à connaître celui qui m'avait fait grimper au rideau et en qui je fondais d'autres espoirs.

Nous nous découvrîmes évidemment une passion commune pour la littérature et discutâmes de nos amis respectifs et nos familles, qui étaient différentes. Il est psychologue dans un des centres hospitaliers de la capitale.

Mes parents se sont séparés quand j'étais jeune et nous sommes toutes les deux parties habiter en Australie. Je voulais revenir vivre dans mon pays natal et y suivre mes études de communication.

Mon père aussi désirait me revoir et ma mère a accepté. Elle me fait confiance. Edward et moi avions vraiment fait les choses à l'envers.

Je l'aurais très certainement remarqué dans la rue si je l'avais croisé mais je ne me serais pas attardée davantage. Je n'aurais pas pris la peine d'engager la conversation avec lui, de peur de souffrir d'un rejet. Comme je l'avais toujours pensé, les hommes comme lui ne se tournaient pas vers des filles comme moi. Du moins, c'est ce que j'avais crû jusqu'à aujourd'hui. Il insista pour payer notre repas et nous sortîmes du restaurant, nous arrêtant sur le trottoir alors que des klaxons retentissaient au loin.

Un nouveau silence s'installa entre nous, bien plus gênant encore. J'essayai de lire dans son regard un message qui m'inciterait à l'inviter à boire un verre ce soir avec mes amis mais peut-être était-ce un peu trop tôt?

En tout bien tout honneur. Il déposa un petit papier dans ma main puis s'avança et me donna un baiser sur le front. Il tourna ensuite les talons alors que j'étais restée figée sur le trottoir, essayant de me souvenir où j'avais bien pu faire une boulette. Je le vis s'arrêter vingt mètres plus loin alors que je commençai à courir dans sa direction. Il fit demi-tour vers moi et lorsque j'arrivai près de lui, l'allure ralentie, je fixai son regard et posai mes lèvres sur les siennes.

Je vis ses lèvres s'étirer en un sourire sincère et mon ventre se noua douloureusement à l'idée qu'il refuse mon invitation. C'est vrai, j'allais sûrement trop vite en besogne. Je ne voulais pas qu'il prenne ses jambes à son cou mais rencontrer mes amis ne l'engagerait pas à faire connaissance avec mon père et ma mère. Là, c'était même hors de question. Je visualisais déjà Charlie en train de lui faire passer un interrogatoire en règle et je voulais lui éviter cette mauvaise expérience.

Il rit contre mon cou et répondit à mon étreinte alors que des passants nous observaient, des expressions différentes affichées sur leur visage. Nous rejoignîmes nos voitures respectives, nos mains timidement entrelacées sur le chemin. Après un dernier baiser plus sage, je regagnai mon appartement pour prendre une bonne douche et effacer les traces de mon délit, surtout pour éviter des questions gênantes de la part de mes très chères collègues.

J'enfilai un jeans foncé que j'avais acheté la semaine passée avec Alice et un corsage blanc avant de reprendre tout mon matériel. Je montai dans ma Volvo et filai jusqu'au bâtiment de l'association. Je me dépêchai de pointer avant de décrocher le téléphone qui venait de sonner au moment où je m'asseyais sur mon siège. Raconte-moi tout, je te connais!

Il a renvoyé une gamine uniquement parce qu'elle était enceinte et que les autres étaient perturbés! La porte s'ouvrit à ce moment- là et Jessica passa la tête, tout sourire. Elle m'avait fait un sale coup ce matin même si au final, j'avais beaucoup gagné dans cette histoire. Jessica, sans aucune gêne, s'était installée dans mon bureau et croisait les bras en détaillant mon visage, à la recherche d'une réponse.

Décidément, tout le monde s'y mettait aujourd'hui! Mes yeux s'écarquillèrent d'horreur et elle sembla apprécier ma réaction. Comment pouvait-elle savoir que j'avais donné une séance dans sa classe? Je pris alors un air plus distant pour tenter de la leurrer. Je sentis mes soudaines sueurs froides s'évaporer comme par magie, comme si on venait de m'ôter un poids énorme de la conscience. Je n'avais aucune raison de m'inquiéter et encore moins de lui avouer ce qu'il se passait dans ma vie privée.

Jessica et moi ne n'avions aucun atome crochu à la différence d'Angela qui était discrète et de confiance. Je pensai soudain à Emmett qui m'avait gentiment cherché des poux mais dont l'attitude ne m'inquiétait pas. Soit, je passais surtout te dire que tu avais réussi ton bizutage avec brio!

Je me levai de mon fauteuil pour la serrer, un sourire faux sur le visage même si je ressentais une pointe de satisfaction m'envelopper. J'avais passé le test haut la main et j'allais dignement fêter l'événement ce soir, avec tous mes vrais amis. Jessica quitta mon bureau et ma journée passa plus vite que je ne l'espérai. Je pointai mon dernier jour de la semaine avant de reprendre ma voiture et de rejoindre mon appartement. Je changeai une toute dernière fois de tenue, optant pour une robe noire à hauteur du genou, un léger décolleté sublimé par un collier en argent et des chaussures à talons pas trop hauts.

Je changeai de sac à main, pris une veste légère puis partis à pied jusqu'à notre lieu de rendez-vous préféré, à mes amis et moi. J'arrivais à vingt-heures cinq dans le pub et je croisai le regard de Jacob, coincé derrière son bar par des clients très consommateurs.

Je vis ses yeux me dévorer sans gêne, me mettant soudain mal à l'aise. Je ne prenais jamais l'habitude de m'habiller si chic pour sortir, Jacob me découvrait vraiment féminine pour la première fois. Alice me fit signe du fond de la salle, entourée par le couple que formaient Ben et Angela. Je les rejoignis rapidement pour échapper au regard ardent du propriétaire et leur fis la bise avant de m'asseoir. Emily, une des serveuses du pub, nous apporta nos boissons et nous trinquèrent à mon succès.

Jessica pensait me déstabiliser, me faire perdre mes moyens mais j'avais gagné la partie. J'avais même gagné beaucoup plus qu'un simple pari … Mes yeux errèrent rapidement dans tout le bar mais je ne vis aucune trace d'Edward. L'horloge accrochée au mur indiquait déjà vingt heures quarante-cinq et il était aux abonnés absents. J'expirai, déçue qu'il ne m'ait pas prévenue … à quoi est-ce que je m'attendais sérieusement? Soudain, je me rendis compte qu'il n'avait aucun moyen de me joindre car je ne lui avais pas donné mon numéro.

Je m'excusai auprès d'Alice et sortis du pub en cherchant son papier que j'espérais avoir toujours sur moi. Je le brandis hors de mon sac, victorieuse et composai son numéro, fébrile. Désolé d'être en retard, mon frère a eu un petit souci et … je n'avais pas ton numéro. Je sursautai en me retournant vers lui, plus beau que dans mes rêves. Il portait un jeans bleu foncé, une chemise blanche dont les deux premiers boutons s'ouvraient sur son torse imberbe et ses cheveux encore plus ébouriffés que ce matin.

Il s'approcha pour m'embrasser chastement quand un raclement de gorge nous fit sursauter. Je jetai un regard derrière lui et tombai sur un homme aux cheveux blonds mi longs, les yeux bleus et un sourire étrangement familier collé sur le visage. Je me sentis soudain rougir comme une pivoine quand il s'approcha de moi et me fit un baisemain en guise de bonsoir. Jasper acquiesça puis passa le battant de la porte avant de se fondre dans la masse déjà impressionnante du pub.

Edward me regarda profondément avant de s'avancer vers moi, saisir ma nuque et plaquer ses lèvres si tentantes sur les miennes. Je le soupçonnais de vouloir montrer son territoire à son frère, même s'il n'était pas avec nous. Jasper dégageait beaucoup de charme, comme son frère, mais Edward avait ce petit quelque chose qui me plaisait davantage. Son baiser bref mais intense nous laissa le souffle coupé, front contre front pour essayer de récupérer avant de retourner rejoindre les autres.

Je ne savais pas si je pouvais nous considérer comme un couple. Je voulais en savoir plus sur lui même si j'avais de plus en plus de chances que notre rencontre atypique mène vers du long terme. S'il n'avait cherché qu'à me sauter comme certaines collègues aimaient à utiliser le terme, Edward ne m'aurait pas invitée ce midi, aurait refusé ma proposition de ce soir, ne m'aurait pas embrassée si intensément ….

J'entrai première, le regard de Jacob de nouveau sur moi avant de se poser sur Edward et … sa main autour de ma taille. Ses traits se durcirent avant de revenir sur mon visage et je fis comme si je n'avais rien remarqué.

Je ne cherchai pas à le rendre malheureux mais cette façon lui permettrait de vraiment tourner la page et de comprendre que je n'étais définitivement pas intéressée. J'avançai dans la foule et les quelques femmes présentes dévorèrent aussi Edward, ce qui ne m'étonna pas. Il avait tout pour lui et il m'avait choisie alors que certaines d'entre elles avaient de bien meilleurs atouts que moi.

Je vis soudain Jacob faire le tour du bar et cherchai une issue pour éviter l'esclandre. J'avais beau ne pas lui appartenir, il pouvait parfois se montrer persécutant.

Lâche-moi, tu me fais mal! Tu ne voudrais pas qu'elle parte et ne revienne jamais, hein? Jacob lâcha enfin mon poignet que je massai doucement alors qu'il s'approchait de Jasper qui avait pris ma défense.

Il le toisa de haut en bas alors que Jasper ne bronchait pas, ne bougeait pas d'un poil. Il se tourna vers moi alors qu'Edward était réapparu comme par magie à mes côtés, ses yeux d'un noir à faire peur. Je le vis serrer les points avant de faire demi-tour en rejoignant Emily qui criait après lui pour venir l'aider. Je remerciai Jasper pour son intervention et je nous menai à mon petit groupe qui s'inquiétait de ne pas me voir revenir. J'embrassai le coin de sa bouche rapidement pour lui montrer que je ne lui en tenais pas rigueur et nous atteignîmes enfin ma table.

Quand Alice m'aperçut en compagnie de deux beaux jeunes hommes, je pus presque voir sa bouche tomber sur la table. J'aurais mis ma main au feu qu'elle aurait réagi de cette manière. Il ne manquait plus que l'eau et l'aquarium pour qu'Alice soit dans son élément. Elle n'avait dieu que pour Jasper et n'avait certainement rien entendu de ce qu'Edward venait de lancer.

Son frère dut remarquer la forte impression qu'il avait faite sur elle et s'assit à ses côtés en lui adressant un sourire que je commençais à connaître. Je ne revis plus une seule fois Jacob de la soirée alors qu'Emily travaillait d'arrache-pied dans tout le pub, autant au bar qu'entre les tables.

Edward et Jasper avaient réussi à s'intégrer parmi mes amis, avaient d'ailleurs très vite sympathisé avec Ben qui leur avait avoués se sentir beaucoup moins seuls maintenant qu'ils étaient là, ce qui lui avait valu une tape sur la tête par Angela. La soirée s'était achevée sur un dernier toast à notre rencontre et Alice crut bon d'ajouter sa petite note humoristique.

Edward rit avec tout le monde alors que mes joues brûlaient littéralement. Angela lui avait expliqué ce qu'il s'était tramé dans l'association, en n'omettant pas de se moquer de Jessica et ses manières. Ce que personne ne savait c'est que je ne pensais pas du tout à ce bizutage-là, il était d'une toute autre nature. Edward avait très vite compris ce qui m'avait mis dans cet état et sa main s'était glissée discrètement sur ma cuisse, sous ma robe ….

Nous avions tous quittés le pub à une heure avancée de la nuit, nos rires animant la rue que nous traversions. Angela et Ben étaient repartis de leur côté alors qu'Alice entretenaient Jasper avec le même entrain qu'au tout début de la soirée. Il ne semblait pas le moins du monde embêté, un sourire franc habillant son visage. Edward tenait fermement ma taille alors que ma tête reposait contre son épaule. J'étais un peu fatiguée par cette journée incroyable que j'avais vécue.

Alice m'avait brièvement fait la bise avant de retourner vers Jasper et de partir avec lui pour marcher seuls, peut-être même jusqu'à son appartement. Edward et moi nous retrouvâmes tous les deux dans la rue que j'habitais et il me raccompagna jusqu'à ma porte. C'est à ce moment précis que son portable vibra et qu'il lut un message dont je ne me doutais de la provenance. Je le vis rouler des yeux avant de le remettre dans sa poche et s'avancer près de moi. Nous rîmes sur le court chemin qui menait à ma cuisine, en imaginant son frère et ma meilleure amie certainement partis pour des réjouissances.

Jasper savait vraisemblablement ce qu'il voulait, autant qu'Edward … un trait de famille certainement. Je rougis en versant le café dans nos tasses avant de nous entraîner dans mon salon pour nous asseoir confortablement. Seul le faible tic-tac de mon horloge murale brisait le silence entre nous.

Je sentais son regard se poser sur moi à maintes reprises, comme s'il cherchait une quelconque approbation pour s'approcher de moi. Je me mordis la lèvre, ne réalisant toujours pas ce qu'il m'arrivait. Qui aurait-pensé que je me retrouverais ce soir en charmante compagnie, pour la première fois, dans mon appartement? Pas moi en tout cas. Edward était un homme sensible et respectueux, qui savait ce qu'il voulait dans la vie.

Voulait-il de moi dans la sienne? Ce dont j'étais sûre, c'est que mon sixième sens me criait que j'étais bien partie pour que mon rêve s'exauce. Il était assis à côté de moi à présent, sa main cherchant la mienne avant de la trouver. Je n'osais pas avouer tout haut ce que je pensais tout bas, trop incertaine encore des conséquences de mes paroles.

J'étais intimement persuadée qu'Edward était l'homme que j'attendais, l'homme dont j'espérais depuis si longtemps. Dès que je l'avais vu, j'avais su que je ne pourrais l'oublier, même si je pensais que je lui serais indifférent. C'est juste que je … je ne réalise que je t'ai plu au point de nous mener jusque-là.

Tu es tellement … parfait que je me demande encore ce que tu peux bien me trouver. Je répondis à son baiser qui se fit plus ardent. Je parvins à déposer miraculeusement nos tasses sur la table avant de m'asseoir à califourchon sur ses cuisses.

Nos langues se mêlèrent pendant que nos mains caressaient nos corps enfiévrés. Je posai les miennes sur son torse avant de déboutonner sa chemise fébrilement. Il attrapa soudain mes poignets en se reculant légèrement. Tu … tu n'as pas mal? Je terminai de déboutonner sa chemise et passai mes doigts sur son torse qui se contractait durement sous mes caresses. Ses mains passèrent sous ma robe pour câliner mes cuisses puis palper mes fesses qui se mouvaient en même temps que son bassin. Il me souleva soudain et j'enroulai mes jambes autour de lui, désignant d'un signe de tête la porte de ma chambre.

Il me déposa sur le lit puis m'observa, les cheveux éparpillés autour de ma tête et les lèvres entrouvertes. Il se plaça délicatement sur moi puis m'embrassa avant que je ne roule pour me retrouver sur ses cuisses. Je me relevai en le fixant puis descendis la tirette de ma robe avant de la faire tomber, exhibant mes sous-vêtements noirs en dentelle. Ses émeraudes scintillèrent dans la pénombre de la pièce et ses mains agrippèrent mes hanches pour me rapprocher de lui, entre ses jambes.

Je plongeai mes mains dans ses cheveux doux puis me baissai pour l'embrasser langoureusement, m'installant de nouveau sur ses cuisses fermes. Mes doigts errèrent sur ses tablettes de chocolat avant d'ouvrir son pantalon et le descendre. Je léchai ma lèvre inférieure avant de reculer et de le dénuder pour de bon. Sa verge rose s'émergea enfin à mes yeux et j'enroulai mes doigts tout autour avant de la branler doucement.

Edward me regardait, sa lèvre entre les dents, alors que j'accélérai le rythme toujours plus. Angela avec un mec de son lycée, c'était catastrophique, brusque et court. Leah avec un quart arrière de l'équipe de football, un dieu grec au physique d'enfer, un coureur de jupon qui lui a fait vivre trois orgasmes pour sa première fois, ils y avaient passé la nuit. Alice raconta son expérience, dans une voiture avec un superbe Mr muscle aux yeux bleus qui l'avait fait avoir un orgasme avec un cunni et une pénétration rapide, douloureuse et courte qui occulta l'orgasme qu'il venait de lui donner avec sa langue.

Et finalement moi, avec Jasper et deux orgasmes, parce qu'il m'avait fait un cunni avant de me pénétrer. Il était 10h00 quand Alice nous emmena dans la salle de bain, chacune notre tour pour nous faire une épilation intégrale. Rosalie cria tellement fort qu'elle ne fit que le bikini et Angela avait déjà réglé le tout la veille chez elle.

Moi j'étais habituée à faire ce genre de fantaisie, donc je me fis une joie, ainsi que Leah, de pouvoir faire la totale. Nous partîmes donc toutes les cinq pour le sex shop. L'amie d'Alice, Émilie, nous fit faire un tour rapide de la boutique et nous laissa pour faire nos choix. J'étais avec Rosalie à regarder les vibros. Il a été élu sex toy de l'année , le vibrateur We-Vibe c'est la stimulation simultanée du clitoris et du point G, une double stimulation ressentie par l'homme et la femme, c'est le cadeau qui a été fait aux stars lors de la remise des oscars en et le plus merveilleux, il est rechargeable.

En couple, il permet ainsi aux deux partenaires d'augmenter leur plaisir, dans le vagin pendant la pénétration. D'une souplesse absolue et muni de deux moteurs, il permet d'avoir l'une des deux extrémités contre le clitoris, tandis que l'autre est dans le vagin, entre votre point G et le pénis de votre partenaire. Moi je tenais ma boîte contre moi, convaincue depuis longtemps qu'il était fait pour moi. Il est fait pour être porté pendant les relations sexuelles, le We-Vibe est sans-fil, mains-libres et fait en demi-lune pour stimuler le point G et le clitoris à l'aide de vibration.

Et finalement, pour monsieur sur le pénis, autour des testicules ou par voie anale pour stimuler la prostate, en faisant une caresse sur le pénis avec la main ou encore une fellation, termina-t-elle en nous souriant. Ça été plus facile que je me l'imaginais finalement. Je continuai de faire le tour et je pris un paquet de "frech tickles", un tube de lubrifiant toujours utile et une huile de massage.

Je me joignis à Angela qui écoutait religieusement les explications d'Émilie. C'est vraiment le jouet érotique parfait pour avoir une jouissance simultanée. La texture est confortable, mais quand même assez solide. Elle hocha la tête et s'en empara. Émilie me sourit et je tendis la main pour en prendre un moi aussi, faisant écarquiller les yeux d'Angela devant le nombre de boîtes dans mes mains.

On se dirigea vers le fond de la boutique pour rejoindre les autres. Alice dirigeait les opérations pour l'achat de la lingerie. C'est Rosalie qui était en salle d'essayage, Leah avait déjà le sien dans les mains et attendait pour aller l'essayer.

Rosalie ouvrit la porte et elle était tout simplement magnifique. Elle avait un ensemble "baby-doll" avec un string rose pâle. Le haut ajusté sous les seins et le voilage qui descendait jusqu'à la taille, était ouvert au milieu, dévoilant son ventre qui pointait fièrement au centre du vêtement.

Ses longs cheveux blonds tombaient en cascades sur ses épaules. Elle était hyper sexy. Nous étions toutes quatre muette devant elle. Elle sourit et se regarda dans le miroir. Je voyais qu'elle était émue et elle glissa ses mains sur son ventre. Je m'approchai d'elle doucement et la serrai dans mes bras.

Mon frère est amoureux fou de toi depuis toujours. Il va adorer, n'en doute pas. Mon portable vibra dans ma poche.

Je me demandais qui ça pouvait bien être, il était juste 13h Les filles continuèrent leur parade afin de trouver pour chacune d'entre nous un ensemble de lingerie sexy. Alice avait un shorty et camisole en dentelle rouge, Angela avait choisi du blanc, brassière et culotte et jupette, Leah, avait opté pour un petit ensemble noir avec shorty et brassière en dentelle noire où il y avait plusieurs cordes sur la taille et où son ventre pointait fièrement, moins que Rosalie, mais tout aussi sexy, sinon plus, je dirais, du fait que Leah était beaucoup plus à l'aise avec son corps et surtout avec sa sexualité.

Ne restait plus que moi. Je pris un ensemble gris et noir, soit une guêpière sans bretelle gris avec un laçage noir et un string. J'achetai également des gants de satin longs noirs.

La journée tirait à sa fin et on devait aller chercher les plats chez le traiteur. Les hommes eux s'occupaient de prendre bière et vin et de faire les lits dans les chambres. En arrivant chez Rosalie, nous entendions Emmet et Jacob poser des questions sur les habitudes sexuelles des femmes enceintes. Toutes les cinq, nous nous stoppâmes pour écouter la discussion.

Mais moi, j'étais tétanisée. Je n'avais pas envie d'entendre Edward dire que Tanya était gourmande et qu'il était épuisé de l'avoir trop baisé lorsqu'elle était enceinte. Euh… désolé Jacob, je n'ai jamais couché avec Tanya alors qu'elle était enceinte. Par contre, sa chambre était à côté de la mienne chez mes parents et elle s'activait plusieurs fois par nuit avec son vibro… j'ai même du lui en acheter un nouveau tellement elle le faisait surchauffé… dit-il en les faisant éclater de rire.

Je ne comprenais pas pourquoi, il la baisait alors qu'il était en colère après elle, sourit-elle alors que je soufflais tout l'air que j'avais gardé dans mes poumons. Je souris en les voyant débordant de tendresse avant de me diriger vers mon homme qui me tendait déjà les bras. Je me détachai d'Edward voulant moi aussi aller déposer mon sac et j'aurais même pris une douche.

J'embrassai Emmet et Jacob m'attrapa par le bras. Je descendis au sous-sol avec Leah où nous avions nos chambres. Angela et Alice prenaient celles à l'étage. Alice qui courrait presque partout avec Angela sur ses talons, arriva en trombe dans la salle de cinéma. On remonta pour dire aux mecs d'aller prendre une douche. Nous avions du retenir Jacob pour ne pas qu'il aille faire une sieste avec Leah. Elle avait vraiment besoin de se reposer. Ce qui lui valu de prendre sa douche le dernier.

Jasper, Edward et Ben étaient déjà douché et changé. Emmet était sous la douche et Jacob se dirigeait vers celle du sous-sol tout souriant puisqu'après il pourrait réveiller Leah. Quand tout le monde fut prêt, nous nous installâmes dans le séjour pour prendre l'apéro. Leah et Rosalie avait une limonade grenadine. Alice était toujours aussi survoltée et elle comptait bien être le maître de cérémonie de la soirée.

Nous avions toutes revêtue notre lingerie sous nos vêtements. À partir de maintenant, nous n'avons plus de liens de parenté, plus de tabou, pas de jalousie et aucun jugement sur les pratiques sexuelles d'un d'entre nous.

Toutes les discussions et les questions ou encore les trucs donnés, doivent être fait sans jugement et dans un seul but, accroître notre plaisir sexuel.

Emmet ne pus que sourire à ce souvenir. Mon fantasme, je dirais faire une séance de sexe anal, dit Angela avec plus d'assurance que cet après-midi.

Le plus gros sexe que j'ai vu, c'est quand j'étais à la fac de design, un soir j'ai ramené un mec, un noir et je vous jure les filles, c'est vrai qu'ils ont des plus gros sexes que les blancs… Mon fantasme le plus secret… faire une séance de BDSM en jouant les deux rôles, soit la dominante et la soumise, Edward tu vas me prêter ta boîte magique? On était ivre tous les deux et elle gémissait à me rompre les tympans, finalement son père m'a sauvé, rigola-t-il.

J'espérais juste qu'il ne me regarderait pas, révélant à l'assistance que c'était moi qui lui avait fait ça. Je vis Edward sourire à la phrase de Jacob, comme s'il était heureux que Jacob ait été embarrassé. Au tour de Leah. T'as raison Alice, c'est juste effrayant… rigola-t-elle. Les plus gros seins, ceux de ma coloc à la fac et la meilleure baise, avec mes colocs, un gang bang, qu'on faisait une fois par mois pour s'amuser et prendre notre pied.

Mais je crois que c'était plutôt l'ambiance qui a fait que c'était meilleur… à Santa Monica avec Edward et à Seattle avec Edward… on revenait de danser les deux fois, dis-je en souriant à mon amoureux.

Je n'avais pas le monopole des plus gros seins, mais les miens, au moins, ils se tenaient bien droit. Je me retournai vers Edward qui avait l'air fautif, je posai ma main sur son visage pour le faire regarder dans mes yeux.

Alice et Leah m'ont dit ce matin qu'elles n'étaient pas jalouses de moi face à leur petit ami, je n'ai pas pensé à ce que ça pourrait te faire. C'est toi que j'aime et il n'y a que toi maintenant. Jasper donna une tape sur l'épaule d'Edward. Il avait compris le pourquoi du fantasme d'Edward, à cause de Tanya, mais aussi, il savait qu'Edward venait de marquer son territoire. Ils se retirèrent quelques minutes, et je les laissai tranquille.

Jasper savait comment faire pour le rassurer. Nous nous installâmes dans la salle à manger et Edward et Jasper nous retrouvèrent peu de temps après. Je lui tendis un verre de vin en essayant de reprendre mes esprits. Le déroulement de la soirée continua avec le dîner. Tout le monde parlait de ce qu'il y avait dans leur vie et de leur projet.

C'était bien, parce que ça permis de détendre l'atmosphère pour Edward au moins. Leah lui posa même des questions sur les soins d'un nouveau né. Il lui suggéra de remplir son congélateur de petits plats afin de ne pas se nourrir de junk food, par manque de temps. Jacob, buvait littéralement les paroles d'Edward, écoutant chaque conseil et chaque mot qui disait.

Alice ne bon maître de cérémonie nous invita au salon toujours, pour montrer à nos hommes nos achats. Jasper faillit s'étrangler lorsqu'il vit la ceinture d'Alice et Edward s'étouffa avec son vin quand il vit que j'avais la plus grosse commande. Jacob se frottait les mains devant le sac de Leah, Ben rougit en voyant les choses d'Angela et Emmet ne respirait plus lorsqu'il vit le vibro de Rosalie avec une tête rotative, spécial point G en action devant ses yeux.

Alice emmena les mecs pour leurs bander les yeux. On s'installa en lingerie et on s'assoit sur les chaises au centre du salon. En ordre, il y avait, Rosalie, Angela, Leah, Alice et moi en dernier. Alice entra avec les mecs qui avaient tous les yeux bandés. Ils restèrent debout et Alice leur expliqua le jeu.

Si vous êtes certains de votre choix, vous rester devant elle en vous reculant pour laisser les autres passer. Vous n'avez pas le droit d'aller plus haut que le genou, compris? Je vis Edward crisper sa mâchoire et ses poings et je croisai les doigts pour ne pas qu'il lui saute dessus pour lui coller son poing sur le visage. Il prit une grande respiration quand Jasper posa une main sur son épaule et enfonça son coude dans l'estomac de Jacob qui gémit sous la douleur.

Nous n'avions pas les yeux bandés et on pouvait voir les mecs devant nous. C'est Ben qui commença. Il fit les cinq, pour revenir face à Angela où il osa même approcher son nez pour humer l'odeur de son amoureuse. Emmet fut le suivant, je l'avais entendu dire que Rosalie avait les jambes un peu enflées à cause de la grossesse, mais Leah aussi.

Alors, je me demandais s'il allait être capable de la trouver. Comme Rosalie était la première, il s'y arrêta plus longtemps, passa rapidement à Angela, s'attardant devant Leah, passa rapidement devant Alice et moi, pour revenir sur Rosalie et Leah, hésitant pendant longtemps. Il s'installa finalement devant Rosalie et je soufflai doucement de soulagement. Je crois qu'elle ne l'aurait pas prise, s'il s'était trompé, en tout cas, pas aujourd'hui.

Ce fut le tour de Jacob, je vis dans son sourire qu'il trouva Leah au premier tour, mais lorsqu'il le refit pourla 3e fois, je lui envoyer un coup de pied. Ce fut au tour d'Edward. Pauvre chou, il n'était pas très à l'aise avec le jeu, et malchance pour lui, j'étais la dernière. Il passa rapidement puis quand il arriva devant moi. Il arriva à Alice et là il massa un peu sa jambe et plus audacieux que les autres, mais surtout sur de lui, il laissa traîner sa langue des orteils au genou d'Alice avant de lui déposer un baiser sur le haut de sa cuisse.

Mais il se stoppa en voyant la lingerie que Rosalie portait. C'était bizarre de voir les mecs en jeans et nous en sous-vêtements sexy.

Un à un les autres enlevèrent leur masque et écarquillèrent les yeux en nous regardant. Edward retira son masque et déglutit difficilement en approchant. Il ne dit absolument rien et me prit sous les fesses pour me prendre dans ses bras. Mes jambes s'enroulèrent autour de sa taille et mes bras autour de sa nuque. Il se jeta sur ma bouche et m'embrassa à perdre haleine passant la barrière de mes dents avec sa langue pour l'entrer dans ma bouche pour m'emmener dans un ballet érotique, me faisant gémir doucement.

J'étais coincée entre lui et le mur. Ses mains dans mon dos, venaient de descendre sur la ceinture de son jeans qu'il s'empressait de défaire et de retirer. Il continuait toujours de m'embrasser. Il retira son chandail en vitesse après avoir envoyer valser son boxer. Il descendit des baisers dans mon cou et sur ma poitrine, il fit sortir mes seins de la guêpière et les lécha et mordilla avant de les suçoter langoureusement.

Il mit ses mains sur mon bassin, juste en haut de mes cuisses en me maintenant en place fermement tandis qu'il roulait des hanches et buttait fort en moi, me faisant vibrer de tout mon corps. Les frictions du roulement de hanches caressaient mon clitoris et les sensations de l'orgasme était présentent.

Il resserra sa prise sur mes hanches, lorsque je le regardai, mon regard brulant dans le sien. J'étais certaine que j'aurais des marques au matin, mais c'était trop bon. Ce n'était pas ça qui m'inquiétait le plus Je voyais ds ses yeux qu'il avait l'air perdu, perdu dans le plaisir, perdu dans la tristesse, perdu dans son amour… mais surtout perdu dans sa jalousie…. Il m'embrassa avec fougue en insérant sa langue dans ma bouche et en reprenant ses fortes poussées faisant claquer nos peaux l'une contre l'autre.

Nous étions en sueur et essoufflés et tous les sons qui sortaient de ma bouche et de la sienne étaient incompréhensibles. J'étais proche, Edward aussi assurément. Edward laissant mon clitoris et me martela intensément pour se mener à sa jouissance.

Il frappait au fond de mon ventre contre mon point G et un autre orgasme me frappa libérant mon suc en un jet qui mouilla encore plus le pubis de mon homme. J'étais tellement serrer autour de son sexe que je le sentis déverser sa semence en trois grandes giclées au fond de mon ventre. Il continua ses mouvements doucement, je lui caressai les cheveux et lui embrassai la tête, mais je me figeai, lorsque je le sentis être secoué par des sanglots.

Il me serra encore plus contre lui et je l'enlaçai doucement. Je lui caressai le dos et je déposai de petits baisers sur sa tête. Il enfouit son visage encore plus dans mon cou et il renifla un peu plus fort avant de finir par se calmer. Je l'emmenai au bord du lit et je le fis asseoir sur le lit et me retrouver à califourchon sur lui. J'enlevai mes gants de satin avant de prendre à nouveau son visage dans mains.

Je passai mes pouces sur ses joues pour essuyer les larmes qui avaient cessées de couler. Ses yeux étaient baissés et il ne me regardait pas. Je commençais à paniquer, à me demander si ce n'était pas trop pour lui.

C'était facile pour moi de côtoyer Jasper et Jacob, ils font parti de ma famille depuis tellement longtemps. Je me levai en lui souriant, et me dirigeai vers la petite chaîne stéréo que j'avais apporté des fois qu'il voudrait danser, ne voulant pas qu'il perçoive mon trouble. C'était donc ça que le mec ressentait quand la fille lui demandait de lui faire l'amour. Il devait totalement paniquer.

Il me l'avait déjà demandé, mais s'était lui faire l'amour en dansant sur une piste de danse, là c'était différent. Je lui avait déjà fait l'amour et j'avais déjà prit les commandes d'une relation sexuelle, mais là il voulait que je lui fasse l'amour. La musique démarra, je me libérai de ma guêpière avant de lui tendre la main pour l'approcher de moi.

Remember those walls I built Rappelle-toi de ces murs que j'ai construis Well baby they're tumbling down Eh bien bébé ils sont en train de s'écrouler And they didn't even put up a fight Et ils ne tentent même pas de résister They didn't even make a sound Ils ne font même plus de bruit.

Je passai mes bras autour de sa nuque et posai mon front contre le sien en nous balançant doucement. Je sentais qui voulait prendre le contrôle de la danse et je le laissai faire, lui menant la danse, moi, les caresses. I found a way to let you in J'ai trouvé un moyen de te laisser entrer But I never really had a doubt Mais je n'ai jamais vraiment eu de doutes Standing in the light of your halo Restant sous la lumière de ton aura I've got my angel now J'ai mon ange maintenant.

Je caressai ses épaules et embrassai doucement ses lèvres, me délectant de leur douceur et de leur saveur. Je passai doucement la pointe de ma langue autour de ses lèvres qu'il ouvrit doucement pour me laisser entrer. Nous étions nus tous les deux et je frissonnais à chaque fois que ses doigts caressait la courbe de mes reins.

It's like I've been awakened C'est comme si je venais de me réveiller Every rule I had you breakin' Tu brises toutes les règles que je me fixais It's the risk that I'm takin' C'est le risque que je prend I ain't never gonna shut you out Je ne te repousserai plus. Je le sentais frissonner lui aussi sous mes caresses et mes baisers, et je sentais que sa virilité se réveillait de plus en plus. Elle frottait contre mon ventre alors qu'on dansait toujours doucement et sensuellement.

Everywhere I'm looking now Peu importe ou je regarde maintenant I'm surrounded by your embrace Je suis entourée de ton étreinte Baby I can see your halo Bébé je peux voir ton aura You know you're my saving grace Tu es mon sauveur.

Je laissais ses lèvres pour embrasser sa mâchoire, me dirigeant en laissant traîner ma langue sur sa peau, pour reprendre les baisers dans son cou, sa clavicule, pour finalement embrasser sa gorge et descendre vers son torse. You're everything I need and more Tu es tout ce dont j'ai besoin et plus It's written all over your face C'est écrit partout sur ton visage Baby I can feel your halo Bébé je peux sentir ton aura Pray it won't fade away J'espère qu'elle ne faiblira pas.

Je le poussai sur le lit pour qu'il s'allonge sur le dos et j'embarquai à califourchon sur ses cuisses pour continuer l'exploration de son corps parfait. Ma langue laissait une longue et lente traînée de sa gorge, jusqu'à son nombril, m'arrêtant sur ses tétons pour les mordiller amoureusement, le faisant haleter et gémir sous ma douce torture. I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura I can see your halo, halo, halo Je peux voir ton aura, aura, aura I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura I can see your halo, halo, halo Je peux voir ton aura, aura, aura.

Mes tétons durcit caressaient son corps tout au long de ma descente et maintenant, mes seins étaient par-dessus son sexe devenu très dur et tendu. Edward glissa ses mains pour les poser sur mes seins et encercla son érection avec ces derniers pour faire de légers mouvements, tandis que j'embrassais toujours son ventre.

Hit me like a ray of sun Me frappant comme un rayon de soleil Burning through my darkest night Brûlant pendant mes plus sombres nuits You're the only one that I want Tu es le seul que je veux Think I'm addicted to your light Je crois que je suis accro à ta lumière I swore I'd never fall again J'ai juré de ne plus tomber But this don't even feel like fallin' Mais je ne le ressens même pas comme une chute Gravity can't forget La gravité ne peut pas oublier To pull me back to the ground again De me ramener sur terre encore.

Délaissant mes seins pour mes hanches, il m'aida à me tenir pour que je me laisse glisser sur sa longueur, nous faisant gémir ensemble tant la sensation était bonne. Je bougeais doucement sur son sexe, le faisant entrer profondément au fond de mon ventre. Bien entré profondément dans mon vagin, je roulai des hanches faisant frotter mon clitoris contre son pubis et son gland contre mon point G. Edward donna des petits coups de bassin pour m'accompagner.

Jeelèvai les yeux vers son visage et il me sourit de son magnifique sourire. Magnifique… le mot est encore trop faible. Je pris appuie sur son torse pour m'aider à onduler sur lui. Je relevai mon bassin pour faire des va et vient langoureux auxquels ils m'aida avec ses mains sur ma taille. C'était tellement bon, je le sentais tellement bien dans cette position. Edward haletait la bouche entrouverte, appel aux baisers. Je me penchai doucement et je mis mes mains sur l'oreiller de chaque côté de sa tête et je l'embrassai avec passion.

Baiser auquel il répondit avec envie en m'attirant encore plus à lui, une main sur ma nuque et l'autre toujours sur ma taille. Il pencha la tête sur le côté pour approfondir encore plus le baiser et je gémis tellement c'était bon de l'embrasser de cette façon et qu'il y réponde avec la même soif, le même désir que moi. I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura I can feel your halo, halo, halo Je peux sentir ton aura, aura, aura. Je commençais à trembler d'être appuyée sur mes bras, je me laissai tomber sur lui complètement et nichai mon visage dans son cou.

Mon bassin ondulant toujours sur lui. Il bougea un peu sous moi et sans que j'aie le temps de protester, il nous fit retourner pour se retrouver sur moi, sans briser notre connexion intime, me surplombant de son corps parfait. Il posa sa main sur ma joue et caressa mon nez avec le sien avant de m'embrasser sensuellement.

Sa main sur ma joue, descendit jusqu'à mon genou gauche pour le faire remonter sur sa taille, caressant tout mon corps du bout des doigts, sa langue toujours à faire des choses érotiques avec la mienne. Ses mouvements en moi se firent plus fort et plus profond, mais toujours langoureux. J'accompagnai ses mouvements avec mes mains sur ses fesses en le pressant contre moi à chacune de ses poussées au fon de mon ventre.

Il vrilla son regard rempli d'amour et de désir au mien. Je hochai la tête pour répondre à sa demande silencieuse d'accélérer le mouvement. Il accéléra ses poussées en roulant des hanches, cajolant mon bouton de plaisir à chaque fois.

Les sensations étaient euphoriques, ses mains sur mon corps, ses lèvres sur ma peau, son regard océan dans le mien, ses coups de rein rythmés, l'effort physique lui faisant perler des gouttes de sueurs sexy oui, oui sexy sur les tempes, le picotement de ma vulve qui annonçait l'atteinte de mon paroxysme et la plus douce de mélodie, sa voix.

La force de mon orgasme fut si frappante que des points lumineux explosaient derrière mes paupières qui s'étaient fermées au même moment. Edward nicha son visage dans mon cou et je mis instinctivement mes doigts dans ses cheveux de bronze, soyeux pour le caresser tendrement. J'avais encore la gorge nouée et j'essayais tant bien que mal de le cacher, mais ce fut sans succès. En inspirant, pour reprendre mon souffle, un sanglot déchirant m'échappa. Edward se retira de moi et nous allongea sous les couvertures.

Il m'installa contre lui en serrant sa prise sur moi et en ne cessant de me caresser et de déposer des baiser sur mes tempes ou encore le haut de ma tête, attendant que mes larmes se calme. Vous savez ce que j'attends de vous??? J'ai vraiment trop hâte de savoir ce que vous avez pensé de ce chapitre. J'espère que vous n'êtes pas déçu de notre parfait danseur-baiseur avec sa petite crise de larmes…lol… Il est fou amoureux de Bella et il ne voit plus sa vie sans elle….

Ça faisait longtemps que je ne vous avais pas mis de chanson, j'espère que c'était bien pour vous… j'adore cette chanson, et le clip aussi…. C'était un chapitre de transition plus que d'avancement.