bombe sexuelle recit sexe

Je voulais jouir, comme maman! Il me pénétra en force, faisant éclater mon pucelage, sans aucun ménagement! Il prit peur et ne savait plus quoi faire. Il joua le jeu et me prit dans ses bras. Non par le cul! Mon cul était très serré. Le plaisir devenait de plus en plus intense. Je me rappelais les cris de ma mère entrain de se faire pilonner le cul. Je les reproduisis presque inconsciemment.

Cela me faisait jouir encore plus fort. Lui il était content, il avait la mère et la fille en même temps. Cela dura comme cela presque une année. Et puis la suite tu la connais: Nous sommes devenues des ennemies. Elle ne baisera pas avec lui pour prendre son pied. Tu ne peux pas refuser! Je ne te lâcherai pas! Cette fille était totalement perverse.

Je me posais la question de ce que je devais faire. La fille était superbe et bandante. Il y avait bien la solution de la faire mettre à la porte par Soraya qui, bien entendu, surveillait tout ce qui se passait. Soraya vint aux nouvelles. En vérité je ne savais pas ce que je voulais faire. Et là, elle venait de se trouver une nouvelle victime: Il devait avoir la cinquantaine et était immensément riche.

Politiquement, cette corporation servait au financement des partis politiques de la mouvance islamiste. Dans la réalité, cet homme était un jouisseur invétéré qui avait deux vies parallèles: Sans compter que cet homme là, était un taureau au lit! Elle était toujours vêtue de la même manière: Elle eut un rire moqueur, remonta le bas de sa robe encore plus haut, écarta ses cuisses et exposa à ma vue sa superbe chatte poilue. Elle ne portait pas de culotte!

Sa chatte était proéminente et longue. Elle pouvait garder le désir de ses amants à un niveau toujours très élevé, et beaucoup plus longtemps, avec une chatte belle et soignée. Elle comprit mes intentions et cela ne semblait pas lui déplaire.

Sans plus attendre je retirai le pantalon et le slip et restai en chemise. Mon sexe était devenu énorme. Elle le prit dans une main et le guida vers la fente légèrement ouverte. Elle était encore trop basse. Elle me regardait faire avec ses immenses yeux noirs, qui annonçaient mille promesses de jouissance, et un sourire, toujours aussi provocateur, sur les lèvres. Je savais que les préliminaires étaient superflus avec cette femme.

Mon sexe entra très facilement dans son vagin qui était déjà bien lubrifié. Et je gémissais doucement à chacune de mes pénétrations! Elle eut droit, bien involontairement il faut le dire, à un coït tout en douceur.

Elle gémissait doucement, bavant elle aussi de plaisir, faisant faire à ses hanches de lents mouvements verticaux en accompagnement de mes lents coups de reins.

Nous sentions le plaisir monter doucement en nous, au rythme des va-et-vient de mon sexe. Elle ne parlait pas. Elle avait la bouche ouverte et dégoulinante de salive.

Elle jouissait intérieurement ; presque intellectuellement. Le plaisir allait crescendo, mais à un rythme lent. Mon sexe continuait de gonfler en elle. Nawal se mit subitement à faire faire à ses hanches un mouvement circulaire qui venait augmenter notre excitation à tous les deux. Je retirai mon sexe du fond de son vagin dans lequel il tournait doucement depuis un moment, et entrepris de longs va-et-vient de plus en plus forts et de plus en plus rapides.

Je sentais que mon sexe allait bientôt exploser. Elle se mit à gémir de plus en plus fort. Ses gémissements se transformèrent en petits cris de plaisir. Sa tête partait de tous les côtés dans des mouvements incontrôlés, accompagnant les sensations de plaisir qui irradiaient de son clitoris vers tout le reste de son corps. Jouir tout de suite. Que mon zob était divin!

Et elle arrêta de crier pour pousser un long râle et décharger violemment. Je continuai à aller et venir en elle pour la faire jouir encore une fois et jouir moi-même. Le second orgasme vint très vite en même temps que je me vidais en elle.

Elle venait des tréfonds de mon ventre et irradiait sur tout mon corps en vagues successives de plus en plus fortes. Je me sentais défaillir. A mon énorme surprise, elle pleurait doucement, silencieusement! Elle essuya ses larmes avec ses mains, me fit un sourire un peu triste, me regarda longuement dans les yeux et me dit: Je croyais que tu étais comme tous les autres! Que tu voulais me tirer comme tu tirerais une pute! Je suis réellement surprise, heureusement surprise par ton comportement!

Toi tu es différent! Je comprends pourquoi ma mère est tombée amoureuse de toi. Je suis une salope! Alors ne me dis pas que je suis merveilleuse! Je compte même faire un enfant pour mieux me garantir une place au soleil. Et tu me trouves merveilleuse! La preuve tu es totalement consciente de tes égarements et tu sais que ce que tu fais ne te ressemble pas!

Tu peux donc remonter la pente, si tu le veux et si tu y trouves ton compte. Je lui expliquais que c'était de sa faute, qu'elle me chauffait comme jamais on ne m'avait chauffé et que ma réaction était donc tout à fait normale.

Elle acquiesça doucement de la tête mais gardait les yeux fixés sur ses chaussures. Je lui dit que ce n'était pas grave et qu'elle ne devait plus y penser même si moi j'allais y penser pendant un bon bout de temps tant elle m'avait excité.

Malgré sa gêne apparente, elle m'avoua d'une voix faible que ça l'excitait de raconter comment elle se faisait prendre. C'était devenu une drogue chez elle, elle ne pouvait s'empêcher d'exciter les autres pour se faire mouiller elle-même, et ça, à longueur de journée.

Elle m'avoua donc qu'elle était trempée à cet instant précis et que de voir mon sexe tendu à travers mes vêtements lui avait littéralement inondé son string. Je lui dis pour rire que, contrairement à elle, je ne pouvais pas le constater de mes propres yeux et que je ne pouvais que l'imaginer. Cette phrase fut comme un électrochoc car dans la seconde, la jupe fut relevé et le string baissé jusqu'aux genoux.

Elle me prit la main et mit cette dernière directement sur sa chatte. Son entrejambe inondait littéralement mes doigts comme si je les passais sous un robinet ouvert. La scène qui se produisait devant moi était surréaliste: En effet, je n'allais pas rester à ne rien faire et je ne me suis pas gêné pour la masturber sans préambule ni douceur. Sa jouissance ne se fit pas attendre et elle cria son plaisir sans retenu. Heureusement qu'à cette heure de la journée, nous étions seuls dans le bâtiment, la situation en aurait été plus qu'embarrassante.

Imaginez-vous qu'en plus de baiser sur mon lieu de travail, je sautais une stagiaire ce qui m'aurait valu un renvoi immédiat et sans préavis.

Elle haletait de plaisir alors que moi, je n'en pouvais plus. L'entendre jouir comme ça avait décuplé mon excitation et ma queue me hurlait de la laisser sortir pour faire son office. Je l'ai écouté et je l'ai sorti.

Je pensais me branler pour "évacuer" toute cette tension sexuelle mais la demoiselle ne m'en laissa pas le temps. Quand elle vit mon membre à l'air libre, elle ne put s'empêcher de se jeter dessus et de la prendre en bouche.

C'est qu'elle est doué avec sa langue cette petite salope! Elle alternait avec efficacité la vitesse des va et viens, elle savait parfaitement jouer avec sa langue sur mon gland et elle put me mener au bord de l'orgasme sans jamais m'y faire parvenir.

Elle fit durer ce plaisir un bon moment jusqu'à ce que ma résistance soit au maximum. Je l'ai prévenu que j'allais jouir pour qu'elle puisse se retirer mais c'est à ce moment qu'elle s'accrocha encore plus à ma bite. Je compris qu'elle voulait que je vienne ainsi et ne me retint plus. Je lui ai tout déchargé au fond de la gorge par de longs jets puissants à la hauteur de mon excitation.

Allait-elle avaler ou allait-elle tout recracher sur le sol? Je n'eus pas longtemps à attendre la réponse. Elle leva la tête vers moi et ouvrit grand la bouche pour me montrer qu'il ne restait plus une goutte. Elle est gourmande la cochonne, voire même extrêmement gourmande car cette petite gâterie l'avait remise en appétit.

Elle s'installa sur une table, bien en face de moi, les jambes écartées et elle se mit à se branler comme une sauvage. Elle en revoulait et elle n'hésitait pas à y aller fort pour en avoir à nouveau. L'image de cette fille aux jambes écartées et à la chatte béante et dégoulinante me fit retrouver la forme quasi instantanément. J'aurais pu faire comme elle et me branler ou encore lui demander si elle voulait bien que je la prenne mais non.

Sans un mot, je l'ai saisi par les cuisses et je lui ai mis ma bite directement dans le cul. Elle en a gémit de plaisir.

..

Teen sex com Miss France le sexe

Enfin un site érotique aussi beau et soigné que caliente. Notre héroïne cède à ses pulsions sexuelles et se rend dans une boutique où sont exposées de bien belles gourmandises: Notre héros aimerait tant aider sa voisine de cabine d'essayage en proie à de violents émois Etienne retrouve les clés d'un mas et s'empresse de les rendre à ses nouvelles propriétaires. Sa courtoisie sera amplement récompensée: Le passe-temps favori de Christopher Simons?

Poser nu en compagnie de charmantes créatures Maud ne résiste pas à l'envie de revoir Nikos, le prostitué qui lui avait donné tant de plaisir au club. Une jeune femme passe la nuit dans un train et se laisse aller à des rêveries érotiques troublantes de réalisme. Nouvelles Erotiques vous offre un superbe coffret de jeux coquins en partenariat avec Rue des Plaisirs. Frank rencontre Laetitia à une soirée, et très vite, elle le fait monter chez elle.

Mais Laetitia n'est pas seule Le fantôme d'Isabeau de Prignac, condamnée à mort pour sorcellerie revient au château de Montauban pour participer à l'éducation sexuelle de ses châtelaines. Isabelle, maltraitée par son mari trouve refuge auprès d'une association qui va l'aider à se reconstruire.

Clotilde, sublime rousse flamboyante, explore les bois pour une cueillette très spéciale Notre héroïne vient d'apprendre le décès accidentel de son amoureux. Elle décide d'entrer en contact avec son âme avec l'aide d'une amie.

Comment est-ce que je connais son tour de poitrine? Rien de plus simple: Au bout de deux jours, on connaissait ses mensurations, ses pratiques sexuelles et elle aime ça si on l'écoute et tout ce qu'on peut savoir sur sa vie de couple. J'ajoute à cela sa façon de s'habiller: Tout ce qu'il faut pour faire bander un mec! Mais malgré tout ça, jamais enfin pas à ma connaissance , elle n'a fait d'avance aux membres de l'équipe et elle parait très fidèle à son homme.

Il n'empêche que ses tenues provocantes et ça façon de dire qu'elle a bien sucé à fond son mec hier soir ou qu'il l'a baisé comme un sauvage me laisse rêveur et alimente mon imagination que je vais maintenant vous exposer. Tous les matins, nous avons pris l'habitude de fumer une cigarette avant de commencer notre journée. C'est souvent à ce moment-là qu'elle m'explique comment son mec lui a fait sa fête la veille avec force de détails.

Je ne vous cache pas que ça me donne une trique d'enfer que j'essaie de cacher du mieux que je peux même si je sais que mes efforts sont souvent vains. Mais aujourd'hui, c'est différent, je ne cache rien. Elle me racontait qu'il l'avait enculé bien profond et bien fort pour finir par lui jouir dans la bouche et, bien sûr, cette gourmande avait tout avalé.

Pour qu'elle jouisse elle aussi, il lui avait bouffé la chatte en lui collant un gode dans le cul et en lui mettant trois doigts dans son petit minou. Plus elle m'en disait, plus ma queue grossissait et je crus à un moment que mon boxer et mon pantalon allaient tous deux exploser.

Je ne lui ai rien caché et elle s'en est bien évidemment aperçu il aurait fallu être aveugle pour ne rien voir en fait. Elle rougit au départ et détourna les yeux comme gênée voire choquée par la situation. Je lui expliquais que c'était de sa faute, qu'elle me chauffait comme jamais on ne m'avait chauffé et que ma réaction était donc tout à fait normale.

Elle acquiesça doucement de la tête mais gardait les yeux fixés sur ses chaussures. Je lui dit que ce n'était pas grave et qu'elle ne devait plus y penser même si moi j'allais y penser pendant un bon bout de temps tant elle m'avait excité. Malgré sa gêne apparente, elle m'avoua d'une voix faible que ça l'excitait de raconter comment elle se faisait prendre.

C'était devenu une drogue chez elle, elle ne pouvait s'empêcher d'exciter les autres pour se faire mouiller elle-même, et ça, à longueur de journée. Elle m'avoua donc qu'elle était trempée à cet instant précis et que de voir mon sexe tendu à travers mes vêtements lui avait littéralement inondé son string. Je lui dis pour rire que, contrairement à elle, je ne pouvais pas le constater de mes propres yeux et que je ne pouvais que l'imaginer. Cette phrase fut comme un électrochoc car dans la seconde, la jupe fut relevé et le string baissé jusqu'aux genoux.

Elle me prit la main et mit cette dernière directement sur sa chatte. Son entrejambe inondait littéralement mes doigts comme si je les passais sous un robinet ouvert. La scène qui se produisait devant moi était surréaliste: En effet, je n'allais pas rester à ne rien faire et je ne me suis pas gêné pour la masturber sans préambule ni douceur. Sa jouissance ne se fit pas attendre et elle cria son plaisir sans retenu.

Heureusement qu'à cette heure de la journée, nous étions seuls dans le bâtiment, la situation en aurait été plus qu'embarrassante. Imaginez-vous qu'en plus de baiser sur mon lieu de travail, je sautais une stagiaire ce qui m'aurait valu un renvoi immédiat et sans préavis.

Elle haletait de plaisir alors que moi, je n'en pouvais plus. L'entendre jouir comme ça avait décuplé mon excitation et ma queue me hurlait de la laisser sortir pour faire son office. Je l'ai écouté et je l'ai sorti.

Je pensais me branler pour "évacuer" toute cette tension sexuelle mais la demoiselle ne m'en laissa pas le temps. Quand elle vit mon membre à l'air libre, elle ne put s'empêcher de se jeter dessus et de la prendre en bouche.




bombe sexuelle recit sexe

...

D'habitude, nous avons des lycéennes boutonneuses et timides sans intérêt et sans saveur qui ne font que passer quelques jours voire quelques semaines. Mais cette fois, c'est différent! Elle a 25 ans, est en études supérieures et a de la conversation. En plus, pour ne rien gâcher, cette fille est une vraie bombe: Comment est-ce que je connais son tour de poitrine?

Rien de plus simple: Au bout de deux jours, on connaissait ses mensurations, ses pratiques sexuelles et elle aime ça si on l'écoute et tout ce qu'on peut savoir sur sa vie de couple. J'ajoute à cela sa façon de s'habiller: Tout ce qu'il faut pour faire bander un mec!

Mais malgré tout ça, jamais enfin pas à ma connaissance , elle n'a fait d'avance aux membres de l'équipe et elle parait très fidèle à son homme. Il n'empêche que ses tenues provocantes et ça façon de dire qu'elle a bien sucé à fond son mec hier soir ou qu'il l'a baisé comme un sauvage me laisse rêveur et alimente mon imagination que je vais maintenant vous exposer.

Tous les matins, nous avons pris l'habitude de fumer une cigarette avant de commencer notre journée. C'est souvent à ce moment-là qu'elle m'explique comment son mec lui a fait sa fête la veille avec force de détails. Je ne vous cache pas que ça me donne une trique d'enfer que j'essaie de cacher du mieux que je peux même si je sais que mes efforts sont souvent vains.

Mais aujourd'hui, c'est différent, je ne cache rien. Elle me racontait qu'il l'avait enculé bien profond et bien fort pour finir par lui jouir dans la bouche et, bien sûr, cette gourmande avait tout avalé.

Pour qu'elle jouisse elle aussi, il lui avait bouffé la chatte en lui collant un gode dans le cul et en lui mettant trois doigts dans son petit minou. Plus elle m'en disait, plus ma queue grossissait et je crus à un moment que mon boxer et mon pantalon allaient tous deux exploser.

Je ne lui ai rien caché et elle s'en est bien évidemment aperçu il aurait fallu être aveugle pour ne rien voir en fait. Elle rougit au départ et détourna les yeux comme gênée voire choquée par la situation.

Je lui expliquais que c'était de sa faute, qu'elle me chauffait comme jamais on ne m'avait chauffé et que ma réaction était donc tout à fait normale. Elle acquiesça doucement de la tête mais gardait les yeux fixés sur ses chaussures. Je lui dit que ce n'était pas grave et qu'elle ne devait plus y penser même si moi j'allais y penser pendant un bon bout de temps tant elle m'avait excité. Malgré sa gêne apparente, elle m'avoua d'une voix faible que ça l'excitait de raconter comment elle se faisait prendre.

C'était devenu une drogue chez elle, elle ne pouvait s'empêcher d'exciter les autres pour se faire mouiller elle-même, et ça, à longueur de journée. Elle m'avoua donc qu'elle était trempée à cet instant précis et que de voir mon sexe tendu à travers mes vêtements lui avait littéralement inondé son string. Je lui dis pour rire que, contrairement à elle, je ne pouvais pas le constater de mes propres yeux et que je ne pouvais que l'imaginer.

Cette phrase fut comme un électrochoc car dans la seconde, la jupe fut relevé et le string baissé jusqu'aux genoux. Elle me prit la main et mit cette dernière directement sur sa chatte. Son entrejambe inondait littéralement mes doigts comme si je les passais sous un robinet ouvert. La scène qui se produisait devant moi était surréaliste: En effet, je n'allais pas rester à ne rien faire et je ne me suis pas gêné pour la masturber sans préambule ni douceur.

Sa jouissance ne se fit pas attendre et elle cria son plaisir sans retenu. Heureusement qu'à cette heure de la journée, nous étions seuls dans le bâtiment, la situation en aurait été plus qu'embarrassante. Imaginez-vous qu'en plus de baiser sur mon lieu de travail, je sautais une stagiaire ce qui m'aurait valu un renvoi immédiat et sans préavis. Elle haletait de plaisir alors que moi, je n'en pouvais plus.

Je l'ai invitée à entrer chez moi, puis nous sommes allées dans la cuisine. Je lui ai remis un paquet de sucre, puis nous avons discuté un peu, avant qu'elle ne retourne chez elle pour préparer le gâteau.

Le lendemain il faisait de nouveau temps superbe, comme durant toute la semaine d'ailleurs. A l'époque je terminais le travail plus tôt, ayant moins de responsabilités qu'actuellement, et je profitais de décompresser de la journée en buvant mon verre de rosé habituel, allongée nue sur mon transat. A un moment j'ai entendu du bruit provenant de la terrasse de Susana, elle devait sûrement faire pareil que moi, alors que son mari était absent.

J'ai continué à feuilleter mon magazine, puis j'ai entendu un bruit qui me semblait familier. Tendant l'oreille je n'ai d'abord pas voulu le croire, mais c'était bien un bruit de succion, comme lorsque je me doigte. Susana se masturbait donc seule sur sa terrasse, ne sachant pas que je me trouvais à quelques mètres d'elle!

Cela a duré quelques minutes, puis la cadence s'est accélérée et j'ai entendu un petit cri étouffé, signifiant l'atteinte de sa jouissance. Puis j'ai entendu qu'elle a rangé le fauteuil et est rentrée chez elle. Cette écoute m'a évidemment excitée à mon tour, et je suis rentrée me caresser dans mon lit.

Le jour d'après, mardi, le même scénario s'est reproduit. Cette fois je me suis mise à me caresser pendant qu'elle le faisait de son coté, en essayant de faire le moins de bruit possible.

Encore le lendemain, mercredi soir, je me suis demandée si elle allait recommencer. Alors que j'étais couchée dans mon transat, elle n'a pas tardé à recommencer. Cette fois je me suis dit qu'il fallait que je force le destin. Je me suis vêtue de mon paréo, puis suis allée sonner à sa porte, je voulais prétexter un manque de café et lui demander de m'en prêter un peu pour le lendemain matin.

Après avoir sonné chez elle, je l'ai entendue dire "un moment", puis est venue ouvrir. J'ai tout de suite remarqué ses joues rougies, et sa respiration rapide. Elle était habillée d'un petit short et d'un top, et je n'ai pas pu m'empêcher de la détailler de la tête aux pieds. Nous sommes allées dans sa cuisine, et en passant j'ai remarqué sur le lit de la chambre à coucher sa petite culotte et son soutien-gorge jetés sur le lit.

Je lui ai demandé: Je suis retournée chez moi, ou elle m'a rejointe tout de suite après. J'ai vu qu'elle avait remis ses sous-vêtements, le soutien gorge était visible sous son top. Pour ma part j'avais toujours mon paréo et rien en dessous.

Nous sommes sorties sur la terrasse et je lui ai servi un verre de rosé. Le soleil allait encore briller pendant une demi-heure. Je lui ai dit: Toi aussi tu le fais chez toi? Elle a rougi et a détourné son regard, je me suis demandée si elle savait que je savais Mais je te préviens, je suis nature et j'aime prendre le soleil nue, j'espère que cela ne te dérange pas?

Je me suis levée pour enlever mon paréo. Je sentais la chaleur envahir mon bas-ventre alors que son regard parcourait mon corps. Elle à retiré son top et son short, me laissant admirer ses dessous.

Puis elle a retiré son soutien-gorge, dévoilant une superbe poitrine, des seins imposants et relativement fermes, avant d'enlever sa petite culotte. Ses fesses étaient larges, avec des jolies cuisses galbées, et un petit minou très bien entretenu, elle avait une petite barre horizontale comme toison. Nous nous sommes allongées sur notre transat respectif et avons trinqué. Je ne pouvais pas enlever mon regard de sa poitine, dont les tétons pointaient.

Elle m'a simplement souri, et a pris ma main. Nous sommes restées allongées, la main dans la main, sans rien dire, simplement à nous regarder dans les yeux. Puis je lui ai dit: Je me suis approchée, une main sous son coude, l'autre main derrière sa nuque, pour approcher mon visage et déposer mes lèvres sur les siennes.

Nos langues se sont trouvées alors que nos mains parcouraient nos dos, en nous collant l'une à l'autre. Ce soir je ne sais pas ce qui m'a pris, j'en avais trop envie Nous avons continué à nous embrasser, nos mains caressant nos seins et nos fesses. Je l'ai faite se mettre en arrière sur le transat, et me suis accroupie devant elle, en lui écartant les jambes. J'ai commencé à lui faire des bisous sur les genoux, pour remonter sur l'intérieur des cuisses, donnant des petits coups de langue au passage, avant d'arriver au niveau de sa chatte.

J'ai fait le tour avec la langue, avant de doucement lécher son clito qui sortait d'entre ses lèvres. N'y tenant plus je l'ai pris entre mes lèvres et ai commencé à le sucer.



Belle sexe simple viole sexe

  • Bombe sexuelle recit sexe
  • Faire le sexe sexe entre femme
  • Jeune et jolie sex scene sexe de coq
  • SEXE QUI BANDE LE SEXE CHEVAL



Comment reconnaitre le sexe d un chaton sex sex xxx


Et pourtant Dieu qu'elle était belle, elle avait laissé pousser ses cheveux blonds qui lui arrivaient désormais au niveau de la poitrine, poitrine qu'elle avait toujours aussi superbe et qu'elle laissait deviner dans d'excitants décolletés. En rigolant je lui disait que j'étais là, si elle avait besoin d'un coup de "main" Et puis je ne sais plus combien de temps ce petit jeu a duré, et un soir d'août on s'est retrouvé chez elle, ses parents étaient partis pour le week end, on avait l'appartement à nous, et la ferme intention de bien profiter du grand lit parental.

Ca faisait deux ans qu'on avait rompu, deux ans qu'on ne s'était pas retrouvé nus, deux ans que je fantasmais sur ce corps parfait qui m'était désormais interdit, et qui, de ce fait, devenait encore plus parfait, encore plus excitant, encore plus attirant.

Je me souviens l'attente pendant qu'Elodie prenait sa douche, dans le salon, je faisais passer le temps en regardant un vieux film avec Belmondo, puis elle sorti de la salle de bain, enveloppée dans une serviette et je la rejoignais dans la chambre de ses parents. A peine avais je refermé la porte que sa serviette tombait par terre et elle se jetait contre moi, je la serrais comme on serre quelqu'un qu'on vient de retrouver après une longue et douloureuse séparation, puis l'excitation pris le dessus, tout en s'embrassant je la caressais, je retrouvais ses seins sublimes, lourds et fermes, ses tétons énormes qui m'avaient impressionnés la 1ere fois que je les avais vu et que j'adorais sucer désormais, je l'embrassais dans le cou, puis lui avalait les nichons tout en lui caressant les fesses, son petit cul musclé, je l'allongeais sur le dos sur le lit, et continuait de descendre, m'attardait sur son ventre plat, jusqu'à sa chatte, et je commençais à lui lécher la chatte, sa petite chatte épilée un peu trop à son goût, m'avait elle dit quelques jours plus tôt, mais c'était parfait pour moi , Elodie gémissait doucement tandis que ma langue se promenait entre ses lèvres.

Voila un des regrets que j'avais qui se résorbait: Je n'y croyais pas, Elodie, cette sublime petite salope qui avait rompue il y a deux ans, qui me racontait ses histoires de cul avec ses copains de la fac voila quelques mois encore, Elodie et son corps sublime, désormais j'étais en elle, dans la chambre de ses parents, et je lui défonçais la chatte pour notre plus grand plaisir.

Je me redressais, posais mes mains sur ses petites fesses et la ramonait plus violemment encore, Elodie enfouie sa tête sous les oreillers afin d'atténuer ses hurlements de jouissance, s'en était trop, je lui vidais mon sperme tout en la pénétrant au plus profond, je restais quelques instant immobile, puis tombais sur le coté, emmenant Elodie avec moi, et nous sommes resté quelques minutes l'un dans l'autre, je lui caressais doucement les seins.

Puis Elodie se retourna et je m'excusais de ne pas avoir pu me retenir plus longtemps, elle me dit que ça n'était pas grave, que c'était bon, et que ça avait été plus violent qu'avant tu m'étonnes et qu'elle avait senti mes couilles contre sa chatte, ce qui l'avait excitée encore plus.

Tout en discutant et en remarquant ce qui avait changé chez l'autre depuis ces deux années, Elodie promenait sa main sur ma queue, puis la caressa doucement, je la regardais, elle était belle, désirable, ma queue ne mit pas longtemps à redevenir dure comme de la pierre, je me penchais sur elle et lui léchais ses gros tétons tout en lui pelotant les seins, puis ma main droite descendis et je lui caressais la chatte, Elodie se remit à haleter.

Elle me repoussa sur le dos et m'enfourcha, elle s'empala sur ma queue en se mordant les lèvres, puis se mit à me chevaucher rapidement, je caressais ses deux obus qui pointaient vers moi, menaçant, lui pinçais ses tétons durcis par le plaisir, Elodie se redressa et se pencha en arrière, ses mains attrapèrent mes chevilles tandis qu'elle continuait ses rapides mouvements du bassin, ses seins sursautaient au rythme effréné qu'elle nous imposait, je plaçais mes mains sur ses hanches et lui caressais la croupe, le cul, je lui plaçais un doigt près de l'anus, puis me rapprochais jusqu'à lui introduire, c'était la première fois que je lui faisais ça, quelques instants plus tard Elodie avait un orgasme comme rarement elle en avait eu avec moi, violent, sonore.

Puis elle retomba sur moi, trempée, heureuse, et surprise de voir que ma queue était toujours dure en elle, on se regarda en éclatant de rire, c'était bien la première fois que je n'éjaculais pas en elle après pareille partie de sexe, Elodie était d'une nature généreuse, et ce que je lui avais donné elle voulait me le rendre, elle s'allongea près de moi et tout en m'embrassant profondément elle attrapa ma queue avec sa main gauche et se mit à la caresser lentement, puis ses lèvres se séparèrent des miennes, "j'aime ta queue" me dit elle, une lueur malicieuse dans les yeux, puis sa bouche embrassa mon torse, et s'éloigna, je n'osais y croire, et soudain je sentis cette sensation merveilleuse, cette chaleur, cette pression autour de mon sexe, Elodie l'avait englouti en entier et me suçais avec application.

De la main gauche je caressais son dos, puis essayais de lui atteindre le cul, docilement Elodie le rapprocha de ma main, tout en me suçant, je caressais son petit cul de la main gauche, ma main droite était enfouie dans ses cheveux blonds et suivait son rythme, Elodie se mit à 4 pattes, je pouvais voir ses deux splendides seins onduler en même temps que sa bouche pulpeuse montait et descendait sur ma queue, s'en était trop pour moi, sentant que la fin approchait cette salope d'Elodie se mit à me caresser les couilles en me suçant bruyamment, ma main droite se crispa dans se cheveux blonds et je la plaquais sur ma queue tandis que je jouissais dans sa bouche, Elodie avala tout mon sperme, puis fini par me lécher pour me rendre un sexe propre, et désormais repus.

Le plaisir mêlé à l'heure tardive et la fatigue fit que le sommeil nous surpris. Mais pas longtemps, je me réveillais le premier, Elodie dormait contre moi, mes mains partirent à l'aventure entre ses fesses, ses seins, Elodie grommela en se retournant mais sa main droite vint se promener sur mon corps jusqu'à ce qu'elle trouve ma queue, constatant qu'elle était toujours dure Elodie eut un instant d'arrêt, puis elle se mit à me branler langoureusement.

Au bout de quelques minutes de caresses en tout genre, je me redressais sur le lit, Elodie se coucha sur le ventre, je me plaçais au dessus d'elle, lui embrassait la nuque, elle attrapa ma queue et la guida vers sa chatte, j'appuyais mon gland contre ses lèvres, elle était encore humide, je la pénétrais doucement et me mis à effectuer de profonds va et vient, Elodie gémissait, à moitié endormie, en prononçant mon nom, ce qui m'excitait au plus haut point, mais je continuais inéluctablement sur le même rythme lent, implacable, de longues minutes s'écoulèrent, Elodie jouissais et transpirait sous moi, j'étais le roi du monde.

Ainsi s'achevait cette nuit de baise comme on en a qu'une dans sa vie enfin en ce qui me concerne , la nuit parfaite, plus tard on eu encore quelques bons moments avec Elodie, d'autres parties de baise, moins intenses, puis on se sépara, progressivement, en douceur, définitivement, jusqu'a perdre contact. Elle acquiesça doucement de la tête mais gardait les yeux fixés sur ses chaussures. Je lui dit que ce n'était pas grave et qu'elle ne devait plus y penser même si moi j'allais y penser pendant un bon bout de temps tant elle m'avait excité.

Malgré sa gêne apparente, elle m'avoua d'une voix faible que ça l'excitait de raconter comment elle se faisait prendre. C'était devenu une drogue chez elle, elle ne pouvait s'empêcher d'exciter les autres pour se faire mouiller elle-même, et ça, à longueur de journée. Elle m'avoua donc qu'elle était trempée à cet instant précis et que de voir mon sexe tendu à travers mes vêtements lui avait littéralement inondé son string.

Je lui dis pour rire que, contrairement à elle, je ne pouvais pas le constater de mes propres yeux et que je ne pouvais que l'imaginer.

Cette phrase fut comme un électrochoc car dans la seconde, la jupe fut relevé et le string baissé jusqu'aux genoux. Elle me prit la main et mit cette dernière directement sur sa chatte. Son entrejambe inondait littéralement mes doigts comme si je les passais sous un robinet ouvert. La scène qui se produisait devant moi était surréaliste: En effet, je n'allais pas rester à ne rien faire et je ne me suis pas gêné pour la masturber sans préambule ni douceur.

Sa jouissance ne se fit pas attendre et elle cria son plaisir sans retenu. Heureusement qu'à cette heure de la journée, nous étions seuls dans le bâtiment, la situation en aurait été plus qu'embarrassante.

Imaginez-vous qu'en plus de baiser sur mon lieu de travail, je sautais une stagiaire ce qui m'aurait valu un renvoi immédiat et sans préavis. Elle haletait de plaisir alors que moi, je n'en pouvais plus. L'entendre jouir comme ça avait décuplé mon excitation et ma queue me hurlait de la laisser sortir pour faire son office. Je l'ai écouté et je l'ai sorti. Je pensais me branler pour "évacuer" toute cette tension sexuelle mais la demoiselle ne m'en laissa pas le temps.

Quand elle vit mon membre à l'air libre, elle ne put s'empêcher de se jeter dessus et de la prendre en bouche. C'est qu'elle est doué avec sa langue cette petite salope! Elle alternait avec efficacité la vitesse des va et viens, elle savait parfaitement jouer avec sa langue sur mon gland et elle put me mener au bord de l'orgasme sans jamais m'y faire parvenir.

Elle fit durer ce plaisir un bon moment jusqu'à ce que ma résistance soit au maximum. Je l'ai prévenu que j'allais jouir pour qu'elle puisse se retirer mais c'est à ce moment qu'elle s'accrocha encore plus à ma bite.

Je compris qu'elle voulait que je vienne ainsi et ne me retint plus. Je lui ai tout déchargé au fond de la gorge par de longs jets puissants à la hauteur de mon excitation. Allait-elle avaler ou allait-elle tout recracher sur le sol? Je n'eus pas longtemps à attendre la réponse. Elle leva la tête vers moi et ouvrit grand la bouche pour me montrer qu'il ne restait plus une goutte. Elle est gourmande la cochonne, voire même extrêmement gourmande car cette petite gâterie l'avait remise en appétit.

Elle s'installa sur une table, bien en face de moi, les jambes écartées et elle se mit à se branler comme une sauvage. Elle en revoulait et elle n'hésitait pas à y aller fort pour en avoir à nouveau. L'image de cette fille aux jambes écartées et à la chatte béante et dégoulinante me fit retrouver la forme quasi instantanément. J'aurais pu faire comme elle et me branler ou encore lui demander si elle voulait bien que je la prenne mais non. Sans un mot, je l'ai saisi par les cuisses et je lui ai mis ma bite directement dans le cul.

Elle en a gémit de plaisir. Pendant je lui ramonais le fondement, je sentais ses doigts s'enfoncer de plus en plus vite et de plus fort dans sa chatte.

bombe sexuelle recit sexe

Sexe hôtel scène de sexe série


Masturbation Fantasme ou réalité? Sex Toy Première infidélité. Cunnilingus Fantasme ou réalité? Fellation Fantasme ou réalité? Avant de vous présenter les auteurs que vous aurez le plaisir de retrouver au fil de ces pages, je voudrais vous montrer combien la littérature peut être orgasmique.

Le secret de ce plaisir? Ils ont écrit pour Nouvelles Erotiques des histoires coquines, érotiques et sensuelles. Le guide de la femme infidèle. Coup de chaud Les seins de Cécile. R-ONE son site Massage sensuel. Histoires de sexe pour les passionnés d'érotisme. Nous sommes allées dans sa cuisine, et en passant j'ai remarqué sur le lit de la chambre à coucher sa petite culotte et son soutien-gorge jetés sur le lit.

Je lui ai demandé: Je suis retournée chez moi, ou elle m'a rejointe tout de suite après. J'ai vu qu'elle avait remis ses sous-vêtements, le soutien gorge était visible sous son top. Pour ma part j'avais toujours mon paréo et rien en dessous. Nous sommes sorties sur la terrasse et je lui ai servi un verre de rosé.

Le soleil allait encore briller pendant une demi-heure. Je lui ai dit: Toi aussi tu le fais chez toi? Elle a rougi et a détourné son regard, je me suis demandée si elle savait que je savais Mais je te préviens, je suis nature et j'aime prendre le soleil nue, j'espère que cela ne te dérange pas? Je me suis levée pour enlever mon paréo. Je sentais la chaleur envahir mon bas-ventre alors que son regard parcourait mon corps. Elle à retiré son top et son short, me laissant admirer ses dessous. Puis elle a retiré son soutien-gorge, dévoilant une superbe poitrine, des seins imposants et relativement fermes, avant d'enlever sa petite culotte.

Ses fesses étaient larges, avec des jolies cuisses galbées, et un petit minou très bien entretenu, elle avait une petite barre horizontale comme toison.

Nous nous sommes allongées sur notre transat respectif et avons trinqué. Je ne pouvais pas enlever mon regard de sa poitine, dont les tétons pointaient. Elle m'a simplement souri, et a pris ma main. Nous sommes restées allongées, la main dans la main, sans rien dire, simplement à nous regarder dans les yeux. Puis je lui ai dit: Je me suis approchée, une main sous son coude, l'autre main derrière sa nuque, pour approcher mon visage et déposer mes lèvres sur les siennes.

Nos langues se sont trouvées alors que nos mains parcouraient nos dos, en nous collant l'une à l'autre. Ce soir je ne sais pas ce qui m'a pris, j'en avais trop envie Nous avons continué à nous embrasser, nos mains caressant nos seins et nos fesses.

Je l'ai faite se mettre en arrière sur le transat, et me suis accroupie devant elle, en lui écartant les jambes. J'ai commencé à lui faire des bisous sur les genoux, pour remonter sur l'intérieur des cuisses, donnant des petits coups de langue au passage, avant d'arriver au niveau de sa chatte. J'ai fait le tour avec la langue, avant de doucement lécher son clito qui sortait d'entre ses lèvres.

N'y tenant plus je l'ai pris entre mes lèvres et ai commencé à le sucer. Elle poussait des petits gémissements en se tortillant dans le fauteuil. Mes mains ont agrippé ses seins, je sentais ses pointes bien dure entre mes doigts, pendant que ma langue alternait entre son clito et pénétrait son petit minou. Au bout d'un moment elle a émis un petit râle, en serrant ses cuisses autour de mon visage. J'ai goûté son jus puis suis venue l'embrasser et lui faire profiter de son goût à son tour.

Affamée de sperme, la coquine a tout avalé en se léchant les babines. A mon grand regret…. Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Ce site propose un contenu à caractère pornographique et est réservé à un public majeur et averti. En cliquant sur 'ENTRER' vous certifiez être majeur selon les lois françaises et que ces lois vous autorisent à accéder à ce service, ne pas faire connaître ce service à des mineurs, sous peine de sanctions pénales, ne pas diffuser le contenu de ce service qui est la propriété de l'éditeur, ne pas poursuivre l'éditeur de ce service pour toute action judiciaire.

Récits érotiques illustrés Les contributions des Unionistes Vos récits et témoignages Vos photos Vos vidéos Mes contributions. Sexualité et santé Maladies et sexualité Protection et prévention Désir et Plaisir Comprendre sa sexualité Nos conseils d'experts ist-mst pratiques couple Les couillonneries du Pr Fumier.

Nos conseils d'experts 27 avril Dois-je accepter de sodomiser mon conjoint? Cela peut-il signifier qu'il aime les Souvenirs de jeunesse Voyage en Italie Rencontre au clair de lune.

bombe sexuelle recit sexe